VIDÉO - A Toulouse, un Gilet jaune en fauteuil roulant reçoit un jet de gaz lacrymogène en plein visage

Social
MANIFESTATION - Une vidéo prise lors du seizième "acte" des Gilets jaunes, ce samedi 2 mars, à Toulouse, montre un homme en chaise roulante recevoir un jet de gaz lacrymogène en plein visage par un membre des forces de l'ordre.

"Ce monsieur handicapé à été gazé à bout portant." Comme souvent, c'est sur Facebook que des internautes s'indignent des méthodes des forces de l'ordre. Samedi 2 mars, alors que la manifestation toulousaine des Gilets jaunes prenait fin, un homme en chaise roulante portant la chasuble fluo a reçu un jet de gaz lacrymogène en plein visage par un CRS.

L'homme aurait cherché à récupérer un masque de protection

La séquence a eu lieu à Toulouse, lors du seizième "acte" des Gilets jaunes, selon plusieurs témoins. Il est alors environ 18h15 lorsque, rue d'Aubuisson, dans l'est de la capitale occitane, cet homme handicapé interpelle les forces de l'ordre. Selon des témoins, le Gilet jaune demande à récupérer son masque de protection. Face au refus du policier en face de lui, il se rapproche de lui. Et reçoit alors un jet de gaz lacrymogène en plein visage. La réglementation de cette arme préconise pourtant de ne pas l'utiliser à moins d'un mètre de la cible, comme le rappelait il y a quelques années 20 Minutes.


D'après la personne qui a mis la vidéo en ligne (elle comptabilisait plus de 380.000 vues, dimanche 3 mars) l'homme cherchait bien à "récupérer ses lunettes de protection". Et d'assurer : "NON il ne fonce pas sur les jambes du policier pour lui rouler dessus". Une autre internaute, qui a publié une photo de l'homme peu après les faits, a indiqué à LCI que l'homme avait été rapidement pris en charge. Encore "très en colère", il a fait savoir qu'il comptait porter plainte. Les autorités n'ont pas encore communiqué. 

Jean-François Mignard, membre de la Ligue des droits de l'Homme de Midi-Pyrénées, a réagi à cette séquence auprès de France 3 Occitanie. Au micro de nos confrères, il décrit un acte "particulièrement choquant", d'autant plus qu'il concerne "une personne en situation de handicap". "C'est le produit d’un pourrissement de la situation qu’on observe au fil des semaines et qui fait qu’on traite de manière sécuritaire des problèmes sociaux."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter