"150.000 élèves de 6e et de 5e" reprendront les cours la semaine prochaine dans les départements "verts", annonce Jean-Michel Blanquer

"150.000 élèves de 6e et de 5e" reprendront les cours la semaine prochaine dans les départements "verts", annonce Jean-Michel Blanquer
Social

BILAN - Le ministre de l'Education Nationale, Jean-Michel Blanquer, a fait ce jeudi un bilan de cette première semaine de reprise de l'école, où 1,4 million d'élèves ont été accueillis ces derniers jours et parlé des semaines à venir pour les collégiens notamment.

Après deux mois de confinement, les élèves ont finalement retrouvé le chemin de l'école cette semaine. Invité du 20h de TF1, Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education Nationale, a fait le bilan de ces premiers jours. Selon lui, environ 1.400.000 enfants de maternelles et primaires ont pu retourner en classe. "Les objectifs fixés sont remplis", a-t-il estimé. "Ce sont des objectifs intermédiaires, c'était une semaine d'amorce. Nous n'avons jamais du faire face à un tel défi, nous avançons pas à pas", a ajouté le ministre. "Mais on a quand même réussi et on va continuer, au cours des prochaines semaines, à encourager le retour à l'école, qui est primordial notamment pour les plus jeunes".

Lire aussi

Semaine prochaine : les collèges

Dans les départements "verts", les collèges pourront dès la semaine prochaine accueillir à nouveaux les élèves de sixième et cinquième. Selon Jean-Michel Blanquer, 85% des établissements concernés sont prêtes à rouvrir leurs portes avec toutes les conditions sanitaires nécessaires. "Cela fait 4000 collèges, soit à peu près 150 000 élèves de sixième et cinquième", a précisé le ministre. Il a ajouté que c'était encore une fois "une amorce" et qu'il espérait voir de plus en plus de collégiens retourner en cours.

"C'est très important qu'ils retrouvent le chemin du collège, c'est un enjeu social", a également déclaré M. Blanquer. "Pour les enfants défavorisés, l'école est ce qui garantit l'égalité devant le savoir". Une raison qui le pousse à vouloir permettre à un maximum d'élèves de retourner étudier, "même dans des circonstances difficiles" pour tous les acteurs de l'éducation, qu'il a remercié pour leur dévouement.

Zones rouges et lycées : le grand flou

Concernant la rentrée des troisièmes et quatrièmes, le choix de la date sera pris "dans les derniers jours de mai", a rappelé le ministre. "A ce stade on ne peut pas savoir s'ils seront autorisés à retourner en cours", a-t-il plaidé. Le gouvernement a décidé de prendre une décision "à la lumière des données sanitaires" et selon l'évolution de l'épidémie à la fin du mois.

Pour les départements rouges et les lycées, le ministre espère un retour au mois de juin et a assuré que la décision sera prise dans une dizaine de jours également. En attendant, Jean-Michel Blanquer a rappelé l'importance et les preuves de l'enseignement à distance. S'il reconnait que "tout n'a pas été parfait", il assure que "75% des parents sont satisfaits des méthodes mises en place pendant le confinement, qui ont permis aux jeunes de rester en lien avec le système scolaire".

Le ministre a ajouté porter "un regard particulier" sur les lycées professionnels, où les décrochages sont plus nombreux. "A tous les parents, toutes les familles qui nous écoutent, il est bon d'inciter les enfants à retourner à l'école, au collège et au lycée", a-t-il encore insisté. Le retour de tous les enfants scolarisés dans leur établissement au plus vite restant "le voeu le plus cher" de Jean-Michel Blanquer, selon ses mots ce soir.

Toute l'info sur

Les grands défis du déconfinement

Suivez les dernières informations sur le déconfinementLoisirs, billets de train... Faut-il craindre une flambée des prix avec le déconfinement ?

Face à la possible recrudescence de cas suspects parmi les enseignants, Jean-Michel Blanquer a assuré que son ministère était "prudent" et que les établissements "respectaient les règles sanitaires" en faisant tester les adultes dès l'apparition de symptômes. "En lien avec les autorités de santé, le mot d'ordre est de tester la personne puis les personnes contact, pour rompre la chaîne de transmission", a rappelé le ministre. "C'est la méthode que nous appliquons à l'école comme dans tous les autres domaines de la société".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent