VIDÉO - Des policiers en colère contre les annonces de Christophe Castaner manifestent sur les Champs-Elysées

VIDÉO - Des policiers en colère contre les annonces de Christophe Castaner manifestent sur les Champs-Elysées
Social

MANIFESTATION - Après les annonces de Christophe Castaner, des policiers ont décidé de battre le pavé ce vendredi afin de faire entendre leur colère. A la veille d'une manifestation contre les violences policières, les forces de l'ordre se disent "abandonnées" par leur ministre.

Ils sortent de leur devoir de réserve. Après avoir jeté leurs menottes au sol, des policiers en colère manifestent sur les Champs-Elysées, à Paris, ce vendredi 12 juin. Sous la pluie, les forces de l'ordre dénoncent la stigmatisation de la profession et accusent Christophe Castaner de les avoir "lâchés" après avoir annoncé la suppression de la méthode "de la clé d'étranglement" pour les interpellations. 

Lire aussi

Ils se disent "abandonnés" par Castaner

Selon notre journaliste sur place, près de 200 policiers, représentés par trois syndicats différents, battent le pavé dans la capitale. Une action inédite, selon les manifestants, qui ont habillé 45 véhicules utilitaires de pancartes volontairement choquantes. Parmi les images placardées sur les véhicules, celles de plaies avec l'inscription "policiers agressés" et la question "qui massacre qui?" ou encore "policiers agressés et mutilés, qui en parle?". Autre slogan de la journée, celui d'Alliance Police. Le syndicat a déroulé une banderole sur laquelle on peut lire : "Pas de Police, pas de Paix". 

Ces policiers réclament le maintien de la technique dite "de clé d'étrangement", mais aussi plus de soutien de leur ministère au sujet du racisme présumé dans leur rang, plaidant qu'il ne faut "pas généraliser". "La police n'est pas raciste, on en a marre de l'entendre", témoigne ainsi à notre micro Fabien Vanhemelryck, du syndicat Alliance. En colère, ils comptent descendre la plus belle avenue du monde jusqu'à la place Beauvau afin de faire entendre leurs revendications. Devant les bureaux du ministère de l'Intérieur, ils vont continuer à faire du bruit. Pour certains même, demander la démission de Christophe Castaner.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent