Entre baisse de fréquentation et prévention, le nombre de noyades en baisse cet été

Entre baisse de fréquentation et prévention, le nombre de noyades en baisse cet été
Social

VIGILANCE - Cette année, en raison de la baisse de fréquentation dans les lieux de baignade due à la crise sanitaire du Covid-19, le nombre de noyades a baissé de 22% en moyenne en juin et juillet par rapport aux années précédentes. Une baisse également due à un travail de prévention.

Chaque année, les plages, piscines et autres bases de loisirs sont sur le qui-vive pour éviter au maximum les noyades. L'an dernier, plus de 40 personnes étaient décédées dans l’eau fin juin puis pour le seul mois de juillet, plus de 60 décès avaient été enregistrés. Cette année, les chiffres sont en baisse en raison d'une moindre fréquentation des lieux de baignade, notamment des touristes étrangers, due aux restrictions sanitaires mises en place pour la crise du Covid-19. 

Mais c'est également grâce à un travail de prévention que le nombre de noyades a diminué en moyenne de 22% en juin et juillet par rapport aux années précédentes, selon l'Organisation de la surveillance coordonnée des urgences (OSCOUR). A Marseille, on enregistre beaucoup moins d’incidents liés aux noyades, comme dans le reste de la France, où certains lieux de baignade ont été moins prisés. Sur les plages marseillaises, un dispositif renforcé a été mis en place pour assurer la sécurité de tous.

Un dispositif renforcé sur les plages

Ainsi, comme le montre le reportage de TF1 en tête de cet article, un maître-nageur surveille en hauteur, deux autres sont positionnés au bord de l’eau, en plus du poste de secours. Un dispositif de prévention qui montre son efficacité. "Nous avons quatre maîtres-nageurs qui sont opérationnels sur la plage. Quoiqu’il se passe, on est tout de suite sur place. C’est ce qui fait la force de ce dispositif", indique le major Philippe Brunetti, responsable du dispositif plages de la direction départementale de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône.

Dans la cité phocéenne, le travail de prévention s'effectue également par l'apprentissage, une association enseignant la nage à des petits Marseillais durant l’été. Ils bénéficient, comme 310.000 autres enfants en France, de cet apprentissage gratuit, encouragé par l’Etat. "S’ils savent nager c’est mieux, ils auront les appuis, les acquis nécessaires pour se sauver eux-mêmes", explique Brahim Timricht, directeur de l'association Grand Bleu. Les noyades sont les premières causes de morts accidentelles chez les moins de 25 ans, avec un millier de décès par an.

Lire aussi

Les gendarmes sur le qui-vive

Toute l'info sur

Le 20h

La vigilance est également de mise dans le Vaucluse, où des gendarmes patrouillent sur la Sorgue en canoë depuis trois ans pour veiller à la sécurité des vacanciers. "L’eau est à 13 degrés donc c’est assez dangereux, d’autant que ce n’est pas surveillé. Le risque d’accident est très présent, notamment en ce moment avec ces chaleurs", prévient le maréchal des logis chef Anthony Farré, gendarme à la brigade de l'Isle-sur-la-Sorgue, dans le Vaucluse. 

Depuis le début du mois d’août, les Français se ruent vers les lieux de baignade. Cependant, les fortes chaleurs ne doivent pas faire oublier les risques chez les enfants et les adultes. Les autorités appellent à la plus grande vigilance.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent