VIDÉO - Besançon : le violent coup de matraque asséné d'un policier à un Gilet jaune fait polémique, l'IGPN saisie

Social

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

POLÉMIQUE - Dans une vidéo relayée dimanche sur Twitter et filmée lors de l'acte 20 des Gilets jaunes à Besançon (Doubs), un voit un policier asséner un violent coup de matraque à un manifestant. L'homme est visiblement blessé, avant d'être pris en charge. L'IGPN a été saisie.

"Une image qui fait froid dans le dos". C'est ainsi que Emma Audrey décrit dimanche les images qu'elle a filmées quelques heures auparavant dans les rues de Besançon (Doubs). On y voit un homme recevoir un coup de matraque de la part d'un policier durant un rassemblement de Gilets jaunes. Des images qui ont déjà été visionnées 130.000 fois ce dimanche après-midi.

On voit un policier se préparer, prendre de l'élan et frapper à la tête un manifestant pacifiste, quand il était de dos", a raconté la journaliste. Avant d'ajouter : "J'ai littéralement eu un frisson froid dans le dos quand j'ai vu la scène se dérouler à un mètre de moi. J'ai vraiment cru que le jeune allait perdre conscience tellement il a été frappé avec haine et force".  

"L'homme tentait de faire obstruction à l'interpellation"

S'agit-il d'une bavure ? Faux, assure la préfecture du Doubs, sollicitée par L'Est républicain. "Les images sont sorties de leur contexte. On était dans une dispersion après des sommations, suite à des jets de projectiles", a estimé la préfecture. "Les forces de l'ordre étaient sur le point d'interpeller un casseur déjà bien identifié. L'homme sur le chemin, tentait de faire obstruction à l'interpellation et essayait de ramasser un spray de lacrymogène à ses pieds."

Toujours selon les autorités locales, le policier en question a fait état de ce coup de matraque à l'issue de la manifestation, dans un rapport. A l'heure actuelle, aucune plainte n'a été déposée par la victime, précise L'Est républicain.

L'IGPN saisie

Ce lundi, le préfet a toutefois fait savoir que l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) avait été saisie "afin d'apporter un éclairage complet sur les circonstances dans lesquels le bâton de défense souple a été employé".

Au total, 800 personnes ont défilé samedi à Besançon, pour l’acte 20 des Gilets jaunes. La manifestation a commencé dans le calme, puis des heurts ont eu lieu. Il y a eu six interpellations et la préfecture confirme que les forces de l’ordre ont fait usage deux fois du lanceur de balle de défense (LBD).

Lire et commenter