VIDÉO - Gilets jaunes, acte IV : le film de la journée de manifestation à Paris

Social
RÉSUMÉ - Ce samedi, pour la quatrième semaine de suite, les Gilets jaunes ont manifesté à Paris contre la politique d'Emmanuel Macron. Si nouveaux heurts sont survenus dans la capitale, les forces de l'ordre sont intervenues en masse pour éviter de nouvelles scènes de chaos. Au total, plus de 1385 interpellations ont été effectuées alors que 118 personnes ont été blessées.

Une semaine après de nombreux affrontements survenus à Paris, lors desquels 92 personnes ont été blessées, l'acte IV de la mobilisation des Gilets jaunes a eu lieu dans la capitale et dans le reste de la France. Cette nouvelle journée de manifestations a réuni 125.000 personnes en France, dont 10.000 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur, et les forces de l'ordre ont procédé à plus de 1385 interpellations. De nouveaux heurts entre les forces de l'ordre et les manifestants, avec un bilan de 118 blessés, sans compter les 17 membres des forces de l'ordre également touchés.


Très tôt dans la journée, les forces de l'ordre sont intervenues en masse dans la capitale avec près de 278 interpellations dès 9h du matin selon la préfecture de police. Au même moment, plusieurs dizaines de personnes étaient sur la place de l'Etoile, encadrées par des fourgons de gendarmerie. Toujours dans la matinée, quelques centaines de personnes ont défilé dans le calme sur une partie des Champs-Elysées avant de s'arrêter au niveau d'un cordon de forces de l'ordre.

8000 manifestants à la mi-journée

Alors que les points de ralliement des Gilets jaunes étaient nombreux à Paris, allant de la Porte Maillot aux abords de la gare Saint-Lazare en passant par l'ouest de Paris, les forces de l'ordre ont, vers 10h40, fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants situés dans la rue Arsène-Houssaye, proche des Champs-Elysées. Dans le même temps, plusieurs dizaines de Gilets jaunes ont tenté de bloquer le périphérique, dans le nord-ouest de Paris, avant d'être repoussés par les forces de l'ordre.


A la mi-journée, près de 8000 personnes sont comptabilisées dans toute la capitale à l'occasion de cette quatrième semaine de mobilisation. Un chiffre en forte baisse par rapport à la semaine dernière, lors de laquelle 36000 manifestants s'étaient réunis dans la capitale à la mi-journée. A 13h30, un grand nombre de membres de forces de l'ordre sont intervenus, à l'aide de gaz lacrymogène et de canons à eaux, pour repousser les manifestants à hauteur des Galeries Lafayette et du Printemps.

Rassemblement calme place de la Nation pour la "Marche pour le Climat"

Des incidents ont ensuite éclaté sur les Champs-Elysées et les Grands Boulevards en début d'après-midi, où des manifestants avaient dressé des barricades faits de poubelles et de barrières. Les forces de police ont répondu par des tirs de flashball, des jets de gaz lacrymogènes avant de dégager les barricades grâce aux blindés mobilisés pour l'occasion. Plusieurs voitures ont également été incendiées boulevard de Courcelles, situé dans les 8e et 17e arrondissements, nécessitant l'intervention des pompiers. 


Plusieurs centaines de personnes ont quant à elles manifesté dans le calme en début d'après-midi de la place de la Nation à la place de la République, à l'occasion de la "Marche pour le Climat". Alors qu'un journaliste du Parisien a essuyé un tir de flashball avant d'être conduit à l'hôpital, des affrontements violents ont eu lieu avenue Marceau, près des Champs-Elysées, où une voiture a été incendiée.

Anne Hidalgo déplore des "scènes de chaos"

Vers 18h30, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner s'est entretenu avec le président de la République Emmanuel Macron à l'Elysée pour lui faire un point sur la situation. Une heure plus tard, de nouveaux heurts ont opposé manifestants et forces de l'ordre place de la République, des projectiles étant lancés à destination des policiers quand des panneaux de bois ont été arrachés des vitrines de certains magasins parisiens. 


Sur Twitter, la maire de Paris Anne Hidalgo a déploré samedi soir "des scènes de chaos" dans la capitale et des "dégâts incommensurables" pour l'économie et l'image de la ville, à l'issue de la  mobilisation des Gilets jaunes : "Aux côtés des Parisiennes et des Parisiens qui ont vécu tout au long de  cette journée des scènes de chaos."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes ne s'éteint pas

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter