VIDÉO - Gilets jaunes : voitures et édifices incendiés, scènes de guérilla urbaine... les images du chaos du 1er décembre

VIDÉO - Gilets jaunes : voitures et édifices incendiés, scènes de guérilla urbaine... les images du chaos du 1er décembre
Social

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

RÉCIT - Les scènes de violence et de vandalisme se sont multipliées à Paris ce samedi en marge de la nouvelle journée de mobilisation des Gilets jaunes. Des voitures ont été brûlées dans plusieurs rues de la ville, tandis que 5.500 manifestants étaient présents dans la capitale.

Après la grande journée de mobilisation du 17 novembre et le rassemblement du samedi 24 novembre à Paris, la journée du 1er décembre a une nouvelle fois été marquée par des scènes d'affrontements et de violences dans la capitale en marge d'une manifestation des Gilets jaunes, notamment sur les Champs-Elysées. Plusieurs figures du mouvement né de la colère contre la hausse du prix du carburant avaient appelé à manifester ce 1er décembre dans toute la France dans le but de faire plier l'exécutif.

92 blessés dont 14 policiers

Dès le début de la matinée, de nombreux heurts ont éclaté dans la capitale, notamment sur la place de l'Etoile, en amont des contrôles de sécurité, alors que le ministère de l'Intérieur a fermé l'avenue des Champs-Elysées à la circulation, n'autorisant l'accès aux piétons qu'après un contrôle d'identité et une fouille des sacs. Les policiers, qui ont bloqué la circulation sur la place de l'Etoile, ont fait usage de gaz lacrymogènes, de grenades dispersantes et de canons à eau.

"Macron démission", ont notamment scandé les manifestants. "Les Gilets jaunes triompheront", ont-ils écrit sur l'un des piliers de l'Arc de Triomphe. Dans toute la France, au moins 205 personnes ont été interpellées par la police, dont au moins 8 gardes à vue en régions. Selon le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, invité du 20H de TF1, le bilan fait état d'une centaine de blessés dont un en urgence absolue.

Lire aussi

Des véhicules incendiés, des banques prises d'assaut

Certaines figures de proue du mouvement des Gilets jaunes ont dénoncé les violences commises par les casseurs, estimant que ces derniers décrédibilisaient leur message. Christophe Chalençon, Gilet jaune du Vaucluse, a ainsi déploré sur LCI la dégradation de l'Arc de Triomphe ainsi que l’extinction de la flamme du Soldat Inconnu. "C'est une honte, ces gens se sont battus pour la liberté de la France", a-t-il déclaré, tout en demandant la démission du président de la République Emmanuel Macron.

Lire aussi

Plusieurs voitures ont été incendiées avenue Kléber, avenue de la Grande-Armée, avenue Foch ou encore aux abords des Champs-Elysées. Les grands magasins Printemps et Galeries Lafayette ont été évacués en raison des violences. Plusieurs banques ont été prises d'assaut alors que la boutique Chanel dans la capitale a également été attaquée. Selon le ministère de l'Intérieur, près de 75.000 manifestants ont été recensés en France.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent