VIDÉO - Gilets jaunes sur les Champs-Elysées : avant les incidents, distribution de roses et lâcher de colombes

Social
SYMBOLIQUE - Rassemblés sur les Champs-Élysées pour leur troisième journée d'action nationale, des Gilets jaunes ont distribué des roses aux fonctionnaires de police et de gendarmerie qui sont "avant tout des citoyens." Dans le même esprit, certains ont même effectué un lâcher de colombes.

"Montrer qu'on est en paix". Ces séquences dénotent avec les images des premiers débordements constatés dès 9 heures du matin, samedi sur les Champ-Elysées. Des Gilets jaunes de retour à Paris pour une troisième journée d'action nationale sont arrivés, bouquets à la main, avec un message à l'adresse des forces de l'odre. "J'ai offert des roses aux policiers", explique Jonathann, venu de Lorient pour manifester pacifiquement sur la célèbre avenue ce samedi. 


Et de poursuivre :"il y a un CRS qui les a écrasées par terre du coup, là, je vais faire un lâcher de colombes pour montrer qu'on est en paix."  Un peu plus tôt, Jean-Claude Resnier, Gilet jaune et chauffeur de VTC, sur le plateau de LCI, pour commenter cette journée de manifestations, adressait un message allant dans le même sens. "J'appelle l'ensemble de mes collègues Gilets jaunes à donner une rose blanche aux fonctionnaires de police et de gendarmerie", expliquait-il, précisant que "la couleur blanche dans le langage des roses, c'est l'amitié". 

En vidéo

Gilets jaunes à Paris : "J'appelle l'ensemble de mes collègues à donner une rose blanche" aux policiers

"Ils font leur travail dans une misère sociale à très haut niveau"

Et ce dernier d'ajouter : "avant tout, ce sont des citoyens ils font leur travail dans une misère sociale à très haut niveau" rappelant que "depuis le décès de leur collègue Maggy (Biskupski, ndlr.), ils en sont à trois décès supplémentaires, trois fonctionnaires qui ont encore mis fin à leur jours tout simplement parce qu'ils ont une hiérarchie avec la méthode parapluie." Reste à savoir si les forces de l'ordre seront sensibles à cette marque d'"amitié". 


Mais à voir les premiers heurts rapportés peu avant 9 heures, aux abords des Champs-Elysées, les manifestants les plus pacifistes ont rapidement été dépassés. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes ne s'éteint pas

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter