"Je suis en vrac" : le témoignage de Pauline, amputée après avoir été renversée par un automobiliste de 92 ans

Social
DirectLCI
TÉMOIGNAGE - Sa vie a basculé en octobre dernier lorsqu’elle a été fauchée par un automobiliste de 92 ans. Amputée, elle a accepté de se confier à TF1 et réclame désormais une loi pour mieux contrôler la conduite chez les personnes âgées.

A 28 ans, la vie de Pauline a basculé en octobre dernier. Jeune femme épanouie, elle faisait du sport tous les jours. Assise sur son scooter devant un fleuriste, une voiture vient la faucher. Sa vie ne sera plus jamais la même. Elle a accepté de témoigner.


"La Pauline d’avant, elle est morte, la Pauline d’avant, elle est restée par terre sur ses pavés le 27 octobre 2018. J’étais au sol, les bras en croix. La première chose que j’ai faite, c’était de regarder mes mains parce que je suis pianiste. J’ai touché mon visage, j’étais plein de sang et je sentais qu’on me bloquait pour ne pas voir ce qui se passait en bas", raconte-t-elle.

J’ai vu ma jambe séparée mon corps.Pauline, 28 ans.

Avant de poursuivre. "J’ai donné un gros coup de thorax en avant et là j’ai vu - c’est ce genre de flash qui me hante -  j’ai vu ma jambe séparée mon corps. Elle a été coupée sur le choc. J’ai subi de lourdes interventions chirurgicales, des anesthésies générales, une douzaine au total, j’ai énormément souffert. Et ça, personne ne peut l’imaginer. Le moral, là… je suis dévasté en fait", continue la jeune femme.

En vidéo

Les personnes âgées au volant, que faut-il faire ?

Vie brisée

Après trois mois d’hôpital, la vie au jour le jour a repris. Mais Pauline peine à entrevoir le lendemain. "J’ai des mariages de prévus cet été, des week-ends, je ne peux rien prévoir, je suis en vrac. Je ne sais même pas quand je vais remarcher, si je vais remarcher", confie-t-elle.


Avec son père, elle a créé une pétition qui a recueilli déjà plus de 85 000 signatures pour imposer des tests de conduite à partir d’un certain âge. "Il peut y avoir une loi qui invite les personnes à partir d’un certain âge, à passer tous les 5, 10 ans (ce n’est pas à moi de décider ça) un test d’aptitude, sensoriel pour savoir s’ils sont aptes. Aujourd’hui je suis très très très en colère, je suis là pour que ça change."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le 20h

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter