VIDÉO - Le député insoumis Loïc Prud'homme dit avoir été matraqué : les forces de l'ordre ont "correctement fait leur travail", pour le préfet

VIDÉO - Le député insoumis Loïc Prud'homme dit avoir été matraqué : les forces de l'ordre ont "correctement fait leur travail", pour le préfet
Social

RÉACTION - Le député insoumis de Gironde affirme avoir été matraqué par un policier alors qu'il quittait la manifestation des Gilets jaunes à Bordeaux. Il annonce à LCI qu'il va faire un signalement à la police des polices. Le préfet de Gironde a répliqué que les forces de  l'ordre avaient "correctement fait leur travail", lors d'une "manifestation non  déclarée, sur un axe interdit par arrêté préfectoral et après sommations".

Le député de la France Insoumise de la 3e circonscription de Gironde Loïc Prud'homme s'est plaint d'avoir reçu un coup de matraque, alors qu'il quittait la manifestation des Gilets jaunes, samedi 2 mars à Bordeaux. Un geste qu'il a dénoncé dans une vidéo postée sur son compte Twitter, en fin d'après-midi. Sur les images, prises au téléphone portable, on peut voir l'oreille ensanglantée du député de Gironde. 

Joint par LCI, Loïc Prud'homme raconte les circonstances de ce coup de matraque qui lui vaut une oreille en sang et un doigt retourné. "J'ai été victime d'un coup de matraque alors que j'avais les mains levées et que j'avais ma carte de député pour confirmer mon identité [...] J'ai pris un coup de matraque sur l'oreille. C'est bien amoché et j'ai un doigt retourné". 

Il indique également avoir fait l'objet de menaces de la part du policier qu'il accuse, qui lui a dit qu'il serait convoqué ultérieurement. "Des pressions sont faites pour intimider des élus de la Nation", dénonce-t-il.  "On est dans une dérive absolue. C'est inacceptable. J'arrive à mon domicile et je vais déposer un signalement à l'IGPN. Je ne veux pas qu'on en reste là. Je dénonce cette doctrine de maintien de l'ordre. Il faut que Castaner s'en aille, ça suffit", estime le député, qui a par la suite confirmé avoir procédé au signalement.

Le préfet défend les forces de l'ordre

L'élu Insoumis a réclamé la démission du préfet qui a rapidement répondu dès samedi estimant que les forces de l'ordre avaient "correctement fait leur travail" lors d'une "manifestation non  déclarée, sur un axe interdit par arrêté préfectoral et après sommations".

Les élus Insoumis indignés

Dans la foulée de la diffusion de cette vidéo sur son compte Twitter, de nombreux élus et internautes se sont indignés. Jean-Luc Mélenchon en tête.  

"Ce n'est plus la France, ça", a écrit le chef de file des Insoumis, sur son compte Twitter. Sur son compte Facebook, l'ancien candidat à la présidentielle a précisé : "Tout matraquage d'un manifestant pacifique est scandaleux, mais frapper un député symbolise la dérive autoritaire actuelle". Et de réclamer également "la démission de Christophe Castaner, ainsi que des excuses et l'ouverture d'une enquête IGPN."

Adrien Quatennens a demandé, lui aussi, le départ de Christophe Castaner. Quelques instants après, le préfet de Gironde a répondu à Loïc Prud'homme sur le réseau social, assurant qu'il soutenait "totalement" les forces de l'ordre, qui "ont dispersé des Gilets jaunes cours Pasteur", arguant qu'il s'agissant d'une manifestation "non déclarée, sur un axe interdit par arrêté préfectoral et après sommation [...] Elles ont correctement fait leur travail." Des propos jugés "scandaleux" par le principal intéressé.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : moins de 5000 contaminations en 24 heures, une première depuis septembre

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

EN DIRECT - Nicolas Sarkozy jugé pour corruption : le procès suspendu jusqu'à jeudi

Évacuation violente de migrants place de la République : Darmanin évoque des images "choquantes"

Lire et commenter