VIDÉO - "Marche des blessés", heurts à Paris et Bordeaux : ce qu'il faut retenir de l'acte 12 des Gilets jaunes

Social

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

EN BREF - Un nombre de manifestants en baisse dans le pays mais en hausse à Paris, le président d'un syndicat lycéen à l'hôpital, les leaders du mouvement réunis pour une "marche des blessés"... On fait le point sur les événements marquants de ce douzième samedi de manifestation de Gilets jaunes.

Pour leur douzième samedi de mobilisation, les Gilets jaunes sont massivement revenus à Paris. La capitale a vu défiler 10.500 manifestants, selon la Préfecture de police, contre 4.000 pour l'acte XI du 26 janvier. Le comptage du cabinet Occurence pour un collectif de médias avance pour sa part le chiffre de 13.800 manifestants.

En revanche, la tendance s'inverse au niveau au national : selon le ministère de l'Intérieur, 58.600 personnes ont manifesté, contre 69.000 la semaine précédente. Côté organisateurs, on ignore encore si le constat est identique. La page Facebook "Le nombre jaune" n'avance en effet qu'un chiffrage partiel de 73.367 manifestants à 18 heures.

Lire aussi

Sous le signe de la lutte contre les violences policières

Le cortège parisien de ce samedi se voulait une "grande marche des blessés", au cours de laquelle de nombreux Gilets jaunes blessés par les forces de l'ordre ont défilé, notamment une figure du mouvement, Jérôme Rodrigues, gravement touché à l’œil et qui affirme avoir été atteint par un tir de lanceur de balle de défense (LBD 40). Il s'est affiché avec les trois autres principaux leaders des Gilets jaunes, Priscillia Ludosky, Eric Drouet et Maxime Nicolle. La veille, le Conseil d'État rendait une décision qui ne remettait pas en cause l'usage du LBD 40 dans le cadre du maintien de l'ordre. 

Partis du XIIe arrondissement, les Gilets jaunes ont rallié dans le calme la place de la République en milieu d'après-midi. Les premiers incidents ont éclaté en fin d'après-midi, alors que les forces de l'ordre ont fait usage de lacrymogènes et de canon à eau pour maintenir à distance des manifestants qui lançaient des projectiles. Après quelques heures de tensions, le calme est revenu en début de soirée sur la place de la République.

33 manifestants ont été interpellés dans la capitale, dont 21 ont été placés en garde à vue, a indiqué le parquet de Paris. Plusieurs personnes ont été blessées au cours de la manifestation parisienne, dont un manifestant atteint au visage par un tir de LBD.

Le président du syndicat lycéen UNL, Louis Boyard, touché au pied et qui a témoigné sur LCI, affirmant notamment que tout son pied "semble cassé".

En vidéo

VIDÉO - Interview du président de l'UNL Louis Boyard, blessé à la manifestation des Gilets jaunes

Tensions à Strasbourg, Nantes, Morlaix et Bordeaux

Les Gilets jaunes ont également appelé à un rassemblement massif à Valence, où Emmanuel Macron s'était rendu la semaine précédente pour le "grand débat national". 5.400 manifestants ont défilé sans heurt notable dans le centre-ville bouclé pour l'occasion. "Une centaine d'armes blanches ou par destination" ont été saisies lors de contrôles et 18 personnes ont été interpellées, a indiqué la préfecture.

À Toulouse et Bordeaux, places fortes du mouvement depuis ses débuts, plusieurs milliers de Gilets jaunes ont manifesté également, rapporte l'AFP. Des défilés ont aussi été organisés à Lille (1.400 personnes selon la police), Marseille (2.000), Nancy (2.000) Tours (1.850), Nantes (1.500), Caen (1.400) ou encore Montpellier (1.000), entre autres.

Outre la capitale, plusieurs villes ont vu de fortes échauffourées entre manifestants et forces de l'ordre. 17 personnes ont été arrêtées à Bordeaux après de violents heurts en fin de manifestation. À Strasbourg, 19 personnes ont été interpellées et 9 policiers ont été légèrement blessés, selon la préfecture, qui précise que "dans le cadre de cette manifestation", "des propos à caractère raciste et  antisémite" ont été proférés près de la Grande Synagogue. À Nantes également, incidents et dégradations ont émaillé le cortège, tandis qu'à Morlaix (Finistère), des manifestants ont tenté de forcer un barrage policier, blessant un policier.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter