VIDÉO - Narbonne : nouvelles images choc pour dénoncer la maltraitance animale à l'abattoir

VIDÉO - Narbonne : nouvelles images choc pour dénoncer la maltraitance animale à l'abattoir

Social
DirectLCI
AUDE - L'association "Les Sans Voix d'Eden" a diffusé, jeudi soir, une vidéo dénonçant des maltraitances animales dans un abattoir de Narbonne. Les images choc rendues publiques une semaine après celles diffusées par l'association L214 et tournées à l'abattoir du Boischaut dans l'Indre ont été partagées par l'humoriste Rémi Gaillard sur les réseaux sociaux. Ce dernier en appelle au ministre de la Transition Ecologique et Solidaire.

Bis repetita. Une semaine après les images insoutenables diffusées par l'association de protection animale L214 sur l'abattoir du Boischaut, c'est un autre établissement qui est cette fois épinglé. Jeudi soir en effet, l'association Les Sans voix de l'Eden a diffusé sur les réseaux sociaux des images qui ont été tournées, selon elle dans l'enceinte de l'abattoir de Narbonne dans l'Aude.

 

Dans un tweet, l'association dénonce ainsi  les "animaux saignés encore conscients, visiblement sous l'œil des caméras de surveillance". Elle ajoute : "Pour d'autres raisons, l'abattoir devrait fermer prochainement, nous avons décidé de les aider". Elle conclut son tweet en demandant à l'humoriste et vidéaste, Rémi Gaillard, également militant de la cause animale, de retweeter leur enquête. Ce qu'il s'est empressé de faire interpellant dans le même temps le ministre de la Transition Écologique et Solidaire, François de Rugy. 

"Rien n'a changé..."

Joint par LCI vendredi, Audrey Bonnel, présidente de l'association Les Sans Voix de l'Eden fait savoir que les images ont été tournées dans l'abattoir entre les "17 et le 20 septembre 2018". "Nous avons été informés des maltraitances par un lanceur d'alerte. Et nous avons récupéré des images, images que nous avons décidé de diffuser maintenant suite au scandale déclenché la semaine dernière par L214, explique-t-elle à notre rédaction. Les images tournées au Boischaut ne constituent en rien un cas isolé. Ce que l'on voit là-bas, on le voit ailleurs, et malheureusement dans beaucoup d'endroits". 


La présidente de l'association se dit "outrée par ces violences" d'autant plus que l'abattoir de Narbonne dispose de caméras de vidéosurveillance censées empêcher toute maltraitance. "Malgré les caméras de surveillance internes au site, les animaux sont toujours maltraités. Il n'y a pas de 'bien-être'animal, les conditions d'abattage sont atroces. Il y a clairement des manquements à la réglementation, notamment sur les reprises de conscience en l'occurrence des vaches", ajoute-t-elle.  


Audrey Bonnel rappelle par ailleurs que l'abattoir de Narbonne, comme les autres abattoirs de France, avait été inspecté en 2016 et que des mesures avaient été demandés suite à plusieurs dysfonctionnements relevés. "Visiblement ça n'a servi à rien...". 

La directrice de l'abattoir répond aux accusations

Interrogée par L'Indépendant, la directrice de l'établissement conteste les mauvaises pratiques. "Selon elle, ces images sont exploitées de manière à provoquer un choc sur le spectateur, en faisant en sorte que l'interprétation des mouvements des animaux soit celle d'une réaction de l'animal due à une pleine conscience", écrivent nos confrères. 


"L'animal est d'abord étourdi avec un pistolet à tige perforante, un matador, avant la saignée. Ce dispositif est irréversible et détruit le cortex et le tronc cérébral. Les mouvements sont dus aux réactions des nerfs et des muscles, comme lorsque vous coupez la tête d'un canard, et que vous voyez l'animal bouger encore quelques  minutes. Il n'y a aucune reprise de conscience" affirme la directrice de l'abattoir sur le site du média.  


Ce à quoi l'association Les Sans voix de l'Eden n'a pas tardé à répondre via Twitter et en images. "Nous avons, suite aux explications de la directrice, publié un extrait sur lequel on peut voir une agonie de 2,40 minutes d'agonie. L'employé ne vient étourdir l'animal qu'après 2 minutes de souffrance..." 

Aujourd'hui, l'association Les Sans Voix de l'Eden demande à ce que l'on "arrête de parler de bien-être animal et d'améliorations". "On est dans une urgence écologique et éthique. Il faut vraiment changer notre façon de consommer et vite...".  

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter