VIDÉO - "On est désespérées, on ne croit plus en vous" : vif échange entre deux soignantes et Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière

"On est désespérées, on ne croit plus en vous" : vive échange entre deux soignantes et Emmanuel Macron
Social

TENSION - En visite à l'hôpital de la Salpêtrière, ce vendredi, avec son ministre de la Santé, le chef de l'Etat a été interpellé, à plusieurs reprises, et parfois vivement par des soignants.

"Avant même le Covid, on était déjà désespérés depuis des années Monsieur Macron". En visite à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, ce vendredi, aux côtés de son ministre de la Santé, le chef de l'Etat a été interpellé notamment par des infirmières. "On va lancer la semaine prochaine des travaux, on ne peut pas attendre la fin du Covid parce que j'ai pas envie que la bonne énergie retombe et que le désespoir s'installe", explique Emmanuel Macron. "Malheureusement, il y est déjà là monsieur Macron", rétorque une soignante au président.

En vidéo

Echange tendu entre des soignants et le président de la République à la Pitié-Salpêtrière

"Ce qu'on vous demande, c'est la revalorisation"

"C'est gentil la prime, on la prendra quand même mais ce qu'on vous demande, c'est la revalorisation", a renchéri une autre, interrogeant le chef de l'Etat dans la foulée : "de combien, quand et pour qui ? Parce que sur chaque promesse, vous nous rajoutez des conditions , on est désespérées, on ne croit plus en vous".

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

La progression du Covid-19 dans le mondeCes indicateurs qui incitent à l'optimisme en France

"Moi, je n'ai jamais fait de promesses donc vous avez raison de ne pas avoir cru en moi là dessus parce que quand je fais des promesses je les tiens, quand je m'engage à revenir je reviens", lui a répondu Emmanuel Macron, qui avait participé à une table ronde avec des médecins, une autre avec des syndicats avant de visiter une unité de dépistage Covid.

Pour rappel, ce dernier s'était déjà rendu le 27 février dans cet hôpital, au début de la crise du coronavirus, s'engageant à revenir.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent