Dépôts pétroliers bloqués dans l'Ouest : vers une pénurie de carburants ?

Dépôts pétroliers bloqués dans l'Ouest : vers une pénurie de carburants ?
Social

ESSENCE - Plusieurs stations-service sont en pénurie totale ou partielle de carburant dans l'ouest de la France, alors que les professionnels du BTP continuent de bloquer des dépôts pétroliers. Celui de Vern-sur-Seiche (Ille-et-Vilaine) a été débloqué ce mardi matin par les gendarmes.

L'essence se fait de plus en plus rare dans l'ouest de la France, après plusieurs jours de blocage de dépôts pétroliers. Ce mardi matin, de nombreuses stations-service sont en rupture partielle ou totale de carburant. Selon le président national des propriétaires-exploitants de stations-service au Conseil national des professions de l’automobile cité par le site, une centaine de stations seraient ainsi concernées par des problèmes de stock.

Lire aussi

La carte interactive mise en ligne par Le Télégramme, sans donner de chiffres précis, montre également de nombreuses stations-service en rouge ou orange, signe de pénurie. Quant au site penurie.mon-essence.fr, il recense 385 stations en rupture partielle et 400 en rupture totale. Attention, ces chiffres concernent toute la France, mais on peut remarquer sur la carte que ces stations se situent principalement l’ouest du pays.

Le dépôt de Vern-sur-Seiche débloqué

Plusieurs dépôts restent bloqués ce mardi, à La Rochelle, Brest, Lorient, Le Mans et Donges. Dans la nuit de lundi à mardi, les gendarmes ont débloqué les accès au dépôt de Vern-sur-Seiche, dans la banlieue de Rennes, bloqué depuis jeudi. La préfète d'Ille-et-Vilaine Michèle Kirry a décidé d'intervenir en raison des difficultés d'approvisionnement en carburant dans le département, malgré la réquisition de certaines stations pour les situations d'urgence. 

"Les approvisionnements des camions citernes vont pouvoir reprendre à partir de 9h30", a indiqué à l'AFP son directeur de cabinet. Ce déblocage devrait permettre aux stations-service d'Ille-et-Vilaine de revenir dans une situation normale d'ici 24 heures.

Les professionnels du BTP ont été reçus lundi par le ministre des Finances Bruno Le Maire. Ils doivent désormais consulter leur base après avoir obtenu des "avancées" sur plusieurs de leurs revendications, mais pas sur un nouveau délai concernant la suppression de l'avantage fiscal sur le gazole non routier (GNR).

Lire et commenter