VIDÉO - Collégien giflé : la pétition de soutien au chauffeur de bus dépasse les 320.000 signatures

Social
DirectLCI
SOUTIEN - Un chauffeur de bus RATP, menacé de révocation après avoir giflé un collégien à Arcueil, reçoit le soutien de ses collègues qui demandent, via une pétition, qu'il ne soit pas sanctionné pour son geste. Des personnalités politiques comme Brice Hortefeux et Valérie Pécresse appellent à une certaine indulgence à son égard.

Tout commence le jeudi 13 septembre. Arcueil (Val-de-Marne), à l’heure de la sortie du collège Dulcie-September. Un collégien traverse la route juste devant un bus RATP sans faire attention. Le conducteur descend de son véhicule pour sermonner ce dernier et finit par lui donner une gifle. 


L'acte a été filmé et diffusé dans une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux, qui a été très vue, très commentée et qui s'exprime en défaveur du conducteur, aujourd'hui menacé de révocation. 

Plus de 320.000 signatures

Une pétition a été lancée par ses collègues en guise de soutien, soulignant que le collégien aurait dit "Ferme ta gueule et conduis ton bus" au conducteur incriminé : "Nous, en tant que collègues, nous connaissons bien le chauffeur et il est reconnu par sa gentillesse, son calme olympien et sa patience", écrivent-ils. "Aujourd’hui, il risque la révocation à cause d’un enfant qui a été inconscient et c’est pour cela que nous vous demandons de bien vouloir nous soutenir dans notre démarche afin que le collègue ne perde pas son emploi."


Toujours selon la pétition, l'homme est père de deux enfants du même âge que l'adolescent qu'il a giflé. Il aurait reconnu avoir réagi sous le coup de l’émotion et indiqué qu’il regrettait son geste. Cela n'a toutefois pas empêché la RATP de déclencher une procédure disciplinaire à son encontre. 


Lancée samedi 15 septembre, la pétition comptait plus de 320.000 signatures ce vendredi.

En vidéo

Collégien giflé par un chauffeur de bus : Hortefeux comprend "le ras le bol des citoyens"

Hortefeux et Pécresse appellent à la clémence

"Qui vous dit que je ne signerai pas la pétition ?", a déclaré Brice Hortefeux ce lundi sur LCI, alors que Christophe Jakubyszyn venait de lui lancer : "Au fond, vous aimeriez bien signer mais vous ne pouvez pas ?" Et l'eurodéputé de détailler: "Je comprends le ras-le-bol d'un certain nombre de nos concitoyens, aujourd'hui on en est à une situation qui est très simple : il y a à peu près 1000 agressions et incivilités par jour."


"C'est inacceptable et cela écœure un certain nombre de nos compatriotes qui voient qu'il y a un rapport à l'autorité qui se dégrade considérablement", a-t-il poursuivi évoquant "une évolution de la société qui devient de plus en plus dure". Et d'ajouter : "Nous avions réussi à l'époque de Nicolas Sarkozy à la bloquer après une période extrêmement difficile." 

"Il n'aurait pas dû lever la main sur le collégien et l'a regretté, mais il a des circonstances atténuantes! J'espère l'indulgence du conseil de discipline", a twitté Valérie Pécresse, la présidente d'IDF-Mobilités en charge des Transports ce lundi.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter