1-Mai : entre 100.000 et 210.000 manifestants ont défilé contre l'"austérité"

1-Mai : entre 100.000 et 210.000 manifestants ont défilé contre l'"austérité"

Société
DirectLCI
Le cortège annuel de la fête du travail a rassemblé 210.000 personnes, selon la CGT, 100.000 d'après la police. Les manifestants ont largement pointé du doigt l'"austérité" mise en place par le nouveau gouvernement.

"Unis contre l'austérité", ils étaient des milliers ce 1er mai à battre la pavé aux six coins de l'Hexagone. Plus de 210.000, selon la CGT, 100.000 d'après les chiffres de la police. Comme à Paris et dans la plupart des villes, les cortèges réunissaient la CGT, FO, la FSU et Solidaires. Mais la CFDT a organisé de son côté un rassemblement à Paris sur l'Europe avec l'Unsa. L'ensemble des syndicats devraient néanmoins faire front commun le 15 mai pour la manifestation des fonctionnaires contre la poursuite du gel du point d'indice qui sert de base à leurs rémunérations.

"Augmentez les salaires !"

Ce jeudi, le pacte de responsabilité et la politique du nouveau gouvernement étaient largement pointés du doigt dans les cortèges. "Assez d'austérité, augmentez les salaires", "non à l'austérité, oui au partage", "gouvernement de M. Hollande : gouvernement des riches pour les riches", scandaient les slogans. En tête du défilé parisien, le numéro un de la CGT, Thierry Lepaon, a assuré avoir "du mal à mesurer la différence" entre la politique de François Hollande et celle de Nicolas Sarkozy. Le "pacte de responsabilité, c'est un pacte d'austérité", a-t-il répété.

Les figures de gauche telles que Jean-Luc Mélenchon, Arlette Laguiller, Nathalie Arthaud, Olivier Besancenot étaient sans surprise de la partie. Des salariés d'Alstom ont également défilé derrière une banderole "Alstom, nationalisation". Ce 1er mai était l'occasion d'un bilan de deux ans de présidence Hollande, "des années difficiles pour les Français, qui succèdent à dix années difficiles", a commenté Laurent Berger, numéro un de la CFDT.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter