13-Novembre : la mairie de Paris va défrayer les victimes qui viendront aux commémorations

13-Novembre : la mairie de Paris va défrayer les victimes qui viendront aux commémorations
SOCIÉTÉ

SOCIÉTÉ – La ville de Paris paiera le logement et le transport de toutes les victimes qui se rendront dans la capitale pour les commémorations des attentats dimanche 13 novembre.

La requête avait été formulée fin septembre à l’occasion d’une réunion sur l’attentat du musée du Bardo à laquelle participait François Hollande. Selon nos informations, c’est Me Philippe de Veulle, avocat de cinq victimes de l'attentat survenu le 18 mars 2015 à Tunis (Tunisie), mais qui défend également deux Italiens touchés par les attaques survenues huit mois plus tard à Paris, qui en avait alors fait la demande au président de la République : que les victimes du 13-Novembre ne vivant pas en France métropolitaine, et qui avaient prévu de se rendre aux hommages prévus un an après la drame, soient défrayées. L’accord de principe avait été donné le jour même. Il s’est depuis matérialisé.  

"Nous espérions que ce geste soit proposé de façon spontanée"

C’est la mairie de Paris qui prendra en charge le défraiement des victimes, que ce soit pour leur voyage ou pour leur logement sur place pour la nuit du 12 au 13 novembre. "Toutes les victimes venant de province ou de l’étranger pour les commémorations, et qui en auront fait la demande, seront remboursées, confirme la Ville à LCI. Chacune d’entre elles pourra venir accompagnée d’une personne qui sera elle aussi prise en charge". 

Lire aussi

    Un formulaire, que nous avons pu consulter, leur a été envoyé. Une fois rempli et renvoyé par mail, les victimes seront enregistrées puis défrayées. "Nous espérions que ce geste soit proposé de façon spontanée. Cela n’a pas été les cas. Nous avons finalement obtenu gain de cause, c’est une très bonne nouvelle, réagit une victime sous couvert d'anonymat. Beaucoup s’interrogeaient pour savoir comment elles allaient pouvoir venir à Paris pour ces commémorations. Pour certains, en plus du moral, c’est financièrement, très difficile".

    En vidéo

    Vidéo. Un an après les attentats du 13 novembre, le Bataclan rouvrira avec un concert de Sting

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - Covid-19 : plus de 20.000 nouveaux cas et 163 décès ces dernières 24 heures en France

    EN DIRECT - Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron promet "d'intensifier" les actions

    CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

    Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

    Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent