L'IGPN dévoile pour la première fois le nombre de tués et de blessés lors d'interventions policières

SOCIÉTÉ

POLICE DES POLICES - La cheffe de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a rendu public ce mardi 26 juin le nombre des personnes tuées ou blessées lors d'interventions policières sur le territoire français.

Des chiffres inédits. Pour la première fois ce mardi 26 juin, l'inspection générale de la police nationale (IGPN) a communiqué le nombre de personnes tuées ou blessées lors d'interventions policières. Elle recense ainsi à ce stade 14 tués et une centaine de blessés avec plus de huit jours d'incapacité de travail depuis juillet 2017.

La collecte de ces données demeure pour l'instant encore parcellaire : en effet, de juillet 2017 à janvier 2018, ce chiffre se fonde sur les seules données de l'IGPN et celles de deux directions départementales de sécurité publique (Gironde et Yvelines). Depuis janvier dernier, la procédure s'est généralisée.

Lire aussi

Personnes tuées en intervention de police

Toutefois, pour la cheffe de l'IGPN, Marie-France Monéger-Guyomarc'h, pas question de faire par cette annonce le procès de bavures policières : "Ce recensement n'est pas le recensement des bavures policières", a-t-elle prévenu lors d'une conférence de presse. "Cela ne préjuge pas de l'illégitimité de ces blessures et de ces morts. Mais dans une démocratie, il n'est pas anormal que l'on puisse savoir combien de tués sont recensés en intervention de police."

Plus en détail, sur les 14 décès constatés depuis le 1er juillet 2017, quatre concernent des personnes s'étant suicidées ou mortes en ayant pris la fuite lors d'une intervention de police. D'autres cas concernent des personnes abattues alors qu'elles venaient de commettre une action terroriste. Concernant les blessés, l'IGPN a recensé une centaine de blessés dont l'incapacité temporaire de travail (ITT) dépasse les huit jours. Par ailleurs, la majorité d'entre eux se sont vus délivrer des ITT plus longues :  entre en 10 et 29 jours. Parmi ces blessés figure notamment un photographe de 42 ans travaillant pour l'agence Pictorium. Lors d'une manifestation, il a eu les mains gravement abîmées par une grenade. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter