Violences faites aux femmes : les victimes présumées de Denis Baupin repartent à l'offensive

Violences faites aux femmes : les victimes présumées de Denis Baupin repartent à l'offensive
SOCIÉTÉ

A VISAGE DECOUVERT - Victimes présumées de Denis Baupin, elles ont décidé de prendre la pose dans un cliché publié ce lundi par France Inter afin de dénoncer un chiffre : 10% des femmes qui subissent des violences portent plainte.

C'est une photo qui en dit long. Au premier plan, de gauche à droite, Annie Lahmer, élue écologiste, Sandrine Rousseau, secrétaire nationale adjointe EELV, Elen Debost, conseillère départementale de la Sarthe et Isabelle Attard, députée du Calvados. Ces quatre femmes ont un point commun : voilà un peu moins d'un an, elles accusaient le député d'Europe Ecologie Les Verts Denis Baupin de harcèlement et d'agression sexuelle, dans France Inter et Médiapart. Aujourd'hui, elles prennent la pose, à visage découvert, pour dénoncer le chiffre noir des violences faites aux femmes : 10% des victimes seulement déposent plainte

Car ce qu'on voit moins, sur cette photo, ce sont les dix autres femmes en arrière-plan, de dos cette fois-ci. Au total, elles sont quatorze sur ce cliché. Comme autant de témoignages recueillis dans l'enquête menée à l'encontre de Denis Baupin, pour des faits pouvant relever de harcèlement sexuel et d'agression sexuelle. Un rapide calcul mental, et on en arrive à cette terrible équation : "14 voix égale 140 femmes ?" Si 10% des victimes restent silencieuses, combien n'ont pas osé rapporter une agression ? 

Comme un écho à une autre campagne

La photo, comme le slogan, sont éminemment symboliques. A l'origine de leur plainte et de leurs tribunes à visage découvert dans les médias, une autre image. Celle de plusieurs députés en rang d'oignons, le rouge aux lèvres, dans le cadre de la campagne "Mettez du rouge". Parmi eux, Denis Baupin. 

En attendant, ainsi que le précise France Inter qui dévoile la photo des victimes présumées, le parquet de Paris n'a pas encore fait savoir, à la fin de l'enquête préliminaire, s'il choisissait de classer l'affaire ou de renvoyer le député ex écolo en correctionnelle.

Lire aussi

En vidéo

Denis Baupin accusé de harcèlement sexuel : "Je ne suis pas le DSK des Verts"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Attentat de Conflans : la légion d'honneur sera décernée à Samuel Paty à titre posthume

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

EN DIRECT - Covid-19 : des élèves français et leurs enseignants placés en quarantaine en Grèce

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent