A Calais, les habitants craignent déjà que les migrants reviennent

CALAIS - A la veille du démantèlement de la "Jungle" de Calais, certains habitants se disent soulagés. Mais pour d'autres, la situation est encore loin d'être réglée. Ils craignent notamment que la ville demeure un lieu important de migrations.

Pour les Calaisiens, la fin de la "Jungle" est proche. Dès 8h lundi 24 octobre, les 6.400 migrants devront quitter le camp de fortune de la Lande pour se rendre dans 280 centres d'accueil et d'orientation à travers toute la France. Si cette opération semble ravir une partie de la population locale, d'autres estiment que le problème ne sera pas pour autant réglé. 


"Ce n'est pas en démantelant la 'Jungle' que l’on va arrêter les flux migratoires à Calais", regrette l'un d'eux. "On en verra toujours". Et jusque là, l'histoire semble plutôt lui donner raison. Plusieurs opérations de ce type ont eu lieu dans le passé, dont une dans un centre industriel en 2014. Mais les migrants avaient fini par revenir.

"Fermer les frontières"

Pour certains, la solution est ailleurs. "Si vous ne fermez pas les frontières et que vous ne donnez pas un signe ferme comme quoi on ne laisse pas les migrants illégaux, je parle de ceux économiques, à ce moment là, le problème sera récurrent",  juge un voisin du camp.


Lors du démantèlement, plus de la moitié des CRS mobilisés auront pour objectif d'empêcher la réinstallation des migrants dans le Calaisis.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le démantèlement de la "Jungle" de Calais

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter