A Hayange, le maire FN repeint la culture en bleu

A Hayange, le maire FN repeint la culture en bleu

POLEMIQUE - Le nouveau maire FN d'Hayange, en Moselle, a fait repeindre une œuvre d'art pour "égayer" la ville. Problème : il ne s'est pas donné la peine de prévenir le sculpteur, Alain Mila, qui attaque la collectivité devant le tribunal administratif de Strasbourg.

Des goûts et des couleurs. A Hayange, petite ville de Moselle passée Front national à l'occasion des dernières élections municipales, la définition de ce que doit être l'art semble être devenue une prérogative du maire. La nouvelle municipalité a en effet repeint récemment une œuvre de la ville ornant une fontaine, sans même se donner la peine de prévenir son auteur. Il s'agit d'une structure en métal et en pierre représentant un œuf adossé à une roche, symbole d'une "source de vie ainsi que de joie et de fierté pour les Hayangeois sensibles à l'art et à la poésie", explique son créateur, le peintre et sculpteur Alain Mila.

Pas vraiment du goût du nouveau maire d'extrême droite, Fabien Engelmann, qui a fait repeindre l'œuf en bleu turquoise et le fond de la fontaine en bleu piscine. "J'ai reçu un coup de fil anonyme pour m'annoncer que ma fontaine avait été repeinte. Je n'y ai d'abord pas cru mais un ami me l'a ensuite confirmé. La mairie ne m'avait rien dit ! Et quand je les ai appelés, je n'ai pas eu d'explication", raconte l'artiste qui, outré, attaque la collectivité devant le tribunal administratif de Strasbourg.

"On peine à appeler ça de l'art"

De son côté, la ministre de la Culture Aurélie Filippetti dénonce dans un communiqué "une violation manifeste du droit moral et des règles élémentaires du code de la propriété intellectuelle et de la protection du patrimoine".

"Il n'y avait rien de mal à faire ça. On a une ville assez lugubre, sinistre, on a voulu l'égayer", s'est défendu pour sa part Fabien Engelmann, sur France Info mardi matin. Ce dernier ne comprend d'ailleurs pas "qu'on fasse tout un pataquès" pour une œuvre, selon lui, "dont on peine à appeler ça de l'art". Face à la polémique qui enfle, l'édile propose d'ailleurs de se débarrasser tout bonnement de la sculpture - acquise par la ville en 2001 "près de 9.000 euros, sans le moteur et la tuyauterie" -, en la revendant à son auteur.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 61.000 nouveaux cas en 24 heures, "record" de cette 5e vague

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

Covid-19 : peut-on recevoir une dose de Moderna après une vaccination Pfizer (et inversement) ?

Covid-19 : passeport vaccinal, télétravail... Le Royaume-Uni serre la vis

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.