A Strasbourg, bientôt un hébergement au sein de la "salle de shoot"

A Strasbourg, bientôt un hébergement au sein de la "salle de shoot"

Société
DirectLCI
DROGUES - La ville de Strasbourg souhaite ouvrir des places d'hébergement à côté de la salle de consommation à moindre risque, au sein de l'hôpital civil. Cette initiative, une première en France, devrait permettre d'engager un public extrêmement précaire dans un parcours de soins.

Une première en France. La ville de Strasbourg prévoit d'installer des solutions d'hébergement au sein de la salle de consommation à moindre risque (dite "salle de shoot") qui existe déjà depuis 2016 au sein de l'hôpital civil. Cet aménagement, qui doit encore être validé par l'Agence régionale de Santé, pourrait compter jusqu'à dix lits à destination des personnes vulnérables et des femmes enceintes.


L'objectif : fournir un toit, pendant un ou deux mois, à un public en grande précarité, afin de commencer un processus de soins. L'association Ithaque, qui gère la salle de consommation, estime qu'environ 28% des usagers actuels sont atteints de l'hépatite C. Plus de la moitié d'entre eux vivent dans des situations de précarité extrêmes, dans des squats, des tentes ou à la rue. Sur avis du médecin, ils pourraient désormais être pris en charge sur le moyen terme et soignés. 

Exemples au Canada et aux Pays-Bas

La ville de Strasbourg est particulièrement en pointe sur cette question puisqu'elle a été la première, en province, à ouvrir une "salle de shoot". Aujourd'hui, elle souhaite suivre l'exemple du Canada, de l'Allemagne ou encore des Pays-Bas, selon France Bleu, qui ont d'ores et déjà expérimenté des solutions d'hébergement attenantes aux salles de consommation. Budget prévu : 400.000 euros d'ici fin 2019, pour l'aménagement, puis un peu moins d'un million d'euros en coûts de fonctionnement, gérés, si tout se déroule comme prévu, par l'Agence régionale de Santé. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter