A Tolbiac, un député LREM se plaint d'avoir été reçu par des jets de papier toilette et de s'être fait voler sa tablette

A Tolbiac, un député LREM se plaint d'avoir été reçu par des jets de papier toilette et de s'être fait voler sa tablette

Société
TENSION - Le député LREM du XIIIe arrondissement Buon Tan s'est plaint ce lundi, dans un communiqué, s'être fait dérober sa tablette professionnelle alors qui souhaitait rencontrer des étudiants du campus occupé de Tolbiac, à Paris. Il dénonce un "refus de dialogue".

Un député de la majorité fortement chahuté par les étudiants en grève de la faculté de Tolbiac. Buon Tan, député LREM du XIIIe arrondissement de Paris, a raconté dans un communiqué, lundi 9 avril, avoir été pris pour cible alors qu'il voulait "établir un échange" avec les occupants de la fac mobilisés dans le cadre des mouvements sociaux.


Le parlementaire, qui dit avoir été saisi par "des riverains et des parents inquiets" de ce quartier de Paris, s'est rendu sur place pour "comprendre les revendications des occupants et établir un dialogue constructif" au sujet de la loi Orientation et réussite des étudiants, que les manifestants contestent. 

Jets de papier toilette et de jus de tomate

Buon Tan raconte avoir été "confronté à un refus catégorique de dialoguer, à des jets de projectiles" : sucre, papier toilette, jus de tomate. Il indique également que sa "tablette professionnelle lui a été arrachée et volée". "Nous avons apparemment à faire à des individus dont les intentions sont très éloignées de l'intérêt général des étudiants", dénonce l'élu LREM. Qui, manifestement échaudé par son expérience, "invite solennellement les autorités à prendre au plus vite toutes les mesures nécessaires pour débloquer la situation et parvenir à un retour au calme". 

Une source judiciaire a indiqué à l'AFP, lundi soir, que six personnes avaient été déférées au parquet de Paris dimanche soir à la suite des affrontements devant la faculté de Tolbiac. Ces individus comparaîtront en septembre prochain pour "participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de destructions ou dégradations de biens".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Réforme de la SNCF : bras de fer entre le gouvernement et les syndicats

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter