A Toulouse, un radar fou a flashé 54 voitures en trois minutes !

SOCIÉTÉ
FRENESIE - Installé sur le périphérique extérieur de Toulouse, un radar chantier flashe plus vite que son ombre. Une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux a interpellé l'association "40 millions d'automobilistes". Elle dénonce, entre autres, la signalisation insuffisante et demande au préfet d'annuler les contraventions.

Un radar provisoire installé sur l'A62 à Toulouse depuis vendredi risque de rendre les automobilistes fous. En cause : l'appareil installé au niveau de l'échangeur de Borderouge, dans le sens Montpellier-Bordeaux, flashe plus vite que son ombre. Il faut dire que, pour cause de travaux, sur les trois voies de circulation, la vitesse a été réduite à 70 km/h, contre 90km/h actuellement. Monté sur roues, ce radar rivalise d'efficacité puisqu'il serait capable de contrôler plus de 7 500 véhicules par heure, selon la préfecture. Premier du genre à être installé en Haute-Garonne, il est relié au centre national de traitement du contrôle automatisé et signalé par un panneau.

Un manque de signalisation

Preuve en images de sa redoutable efficacité, une vidéo publiée ce week-end sur les réseaux sociaux par un internaute, montre le radar flasher 54 fois en trois minutes ! Devenu très viral, ce film a interpellé l'association "40 millions d'automobilistes", qui dénonce une situation invraisemblable et un manque de signalisation et d'information sur la vitesse maximale autorisée, rapporte La Dépêche ce lundi.

L'association demande au préfet de Haute-Garonne d'annuler les contraventions pour des excès de vitesse de moins de 20 km/h. Le chantier de l’échangeur de Borderouge est censé s’achever au début de l’année 2017 avec l’objectif de désengorger le nord de l’agglomération. Contacté par Metronews, la préfecture de Haute-Garonne n'a pas encore donné suite à nos sollicitations.



Ce n'est pas la première fois que ce genre d'incident se produit en France. En effet, en janvier 2013, un radar situé sur la RN 137 à Rennes flashait 8000 fois par jour. Là encore, la vitesse maximale autorisée avait été abaissée de 20 km/h pour cause de travaux. Et là encore, l'association "40 millions d'automobilistes" s'était saisie de cette affaire et avait obtenu une amnistie quelques semaines plus tard. 

A LIRE AUSSI
>> Le radar de la discorde mitraille les automobilistes à Rennes

>>  Les “radars de chantier” sont le nouveau cauchemar des automobilistes

Lire et commenter