A Varsovie, manifestation en noir pour défendre le droit à l’IVG

SOCIÉTÉ

DROIT À L’AVORTEMENT – Plusieurs milliers de personnes ont manifesté devant le Parlement de Pologne, à Varsovie, samedi 1er octobre. Le but : protester contre un projet de loi interdisant complètement l’accès à l’IVG dans le pays.

Ils sont des milliers à avoir défilé tout de noir vêtus, ce samedi 1er octobre devant le Parlement de Varsovie, en Pologne. La raison de leur colère ? Une récente proposition de loi réduisant drastiquement l’accès à l’IVG dans le pays. 

Aux cris de "Finies, les blagues !", "Sauvons les femmes" ou encore "Stop aux fanatiques au pouvoir", les manifestants ont montré leur désaccord face à l’initiative citoyenne du comité "Stop Avortement", qui la semaine dernière a trouvé les faveurs d’une forte majorité des députés lors d’une séance de travaux parlementaires. 

Lire aussi

    Recul des droits des femmes

    Renvoyée en commission parlementaire par le Parlement, cette loi prévoit que soit punie de cinq ans d’emprisonnement toute personne pratiquant ou subissant une interruption volontaire de grossesse qui ne serait pas commandée par la santé de la mère. Un véritable recul des droits des femmes, dans une Pologne dirigée par la droite conservatrice catholique où la loi, en matière d’avortement, est d’ores et déjà très sévère, comme l’indiquent les dates suivantes : 

    l'IVG et la loi polonaise :

    • 11956

      Une loi est introduite pour autoriser le médecin à pratiquer l'avortement. Jusqu'alors, l'IVG n'est autorisée en Pologne qu'en cas de viol, d'inceste, ou lorsque la femme a moins de 15 ans.
    • 21993

      Recul de la législation. Une nouvelle loi restreint l'accès à l'avortement. L'IVG est désormais autorisé dans trois circonstances : lorsque la grossesse résulte d'un acte illégal, en cas de risque pour la santé de la femme ou de malformation grave du foetus.
    • 32016

      La dernière proposition de loi en date, débattue au Parlement, vise à interdire complètement le droit à l'IVG. Sauf dans un cas extrême : lorsque la vie de la femme est en danger immédiat.

    Suite à un appel en ligne, plusieurs dizaines de milliers de Polonaises et Polonais devraient se mettre en grève le lundi 3 octobre pour protester contre ce projet de loi.

    Lire aussi

      Et aussi

      Lire et commenter