Abandons d'animaux : l'été, bête noire des refuges

SOCIÉTÉ

ANIMAUX - Comme chaque année avant le début des vacances d'été, les refuges pour chiens et chats sont submergés par les abandons. Face à ce phénomène, les associations multiplient les campagnes de sensibilisation.

Les animaux de compagnie ne sont pas toujours les bienvenus dans nos valises. Chaque année, ils sont victimes d'un pic d'abandons en juillet et en août. "Depuis quelques semaines, nous recevons encore plus d'appels qu'à l'accoutumée", explique à metronews le responsable des refuges SPA de Rennes et de Redon, en Ille-et-Vilaine. Sur les deux dernières semaines, ces structures déjà saturées une bonne partie de l'année ont accueilli 21 chats, contre 10 à 15 en temps normal. "Cela n'arrête pas, on constate un pic depuis une semaine et cela concerne les animaux de tous les âges", observe une employée du refuge d'Hermeray dans les Yvelines.

Même constat au refuge d'Hermival-les-vaux, dans le Calvados. "Il ne se passe pas une journée sans que la fourrière ou des particuliers nous amènent des chiens ou chats abandonnés, et il arrive que ce chiffre atteigne les 15 par jour", observe une employée. En ce début d'été, ce refuge de 49 places doit faire face à un afflux considérable, avec pour chaque adoption une moyenne de deux nouvelles entrées. "Les propriétaires invoquent des allergies, des déménagements ou des décès, mais nous savons que l'abandon est souvent lié au départ en vacances", nous confie-t-elle.

"N'importe qui peut abandonner"

"Ce qui est terrible dans l'histoire de l'abandon, estime Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 millions d'amis , c'est que ça peut venir de n'importe qui : des gens prennent un animal sur un coup de tête, sans comprendre que cet engagement implique de le garder jusqu'à la fin de leur vie". Les propriétaires qui abandonnent leur animal sont pourtant passibles de deux ans de prison. Un geste d'autant plus difficile à justifier qu'il existe des solutions d'hébergement comme la garde à domicile, les pensions ou les familles d'accueil.

Le phénomène, qui perdure tout au long de l'année, s'accélère pendant les vacances, si bien que 60.000 des 100.000 chiens et chats abandonnés chaque année en France le sont durant l'été. "Et les lapins, hamsters, furets ou autres nouveaux animaux de compagnies connaissent le même sort, nous assure la  Société protectrice des animaux  (SPA) . A la différence qu'ils sont généralement adoptés assez vite, alors que pour les chiens et les chats cela peut parfois prendre plusieurs années quand ils sont âgés ou malades".

Campagnes de sensibilisation

Pour sensibiliser les propriétaires, les associations sont sur le pied de guerre. Dès la mi-juin, 30 millions d'amis a lancé une campagne virale intitulée #NONALABANDON . L'association a inversé les rôles dans un clip vidéo montrant un chien, baptisé Oscar, qui s'inquiète pour son maître qui vient de l'abandonner en imaginant que celui-ci s'est perdu. Objectif : rappeler que les animaux sont des êtres sensibles qui vivent mal l'abandon, et non des biens (comme le prévoit toujours le Code civil malgré les récentes discussions sur le sujet au Parlement). On retrouve Oscar sur des affiches placardées partout en France. En outre, des spots seront diffusés tout au long de l'été à la radio.

VIDEO - La campagne vidéo de la Fondation 30 millions d'amis contre l'abandon des animaux l'été : 

La SPA - qui avait accueilli plus de 8000 chiens et chats dans ses 56 refuges en juillet et août dernier - est tout aussi mobilisée. Elle a lancé une campagne digitale fin juin et concentrera le plus gros de ses efforts à partir du 14 juillet avec des affiches placardées dans le métro parisien et dans toute la France, ainsi que des spots sur les ondes. Pour sa part, la Fondation Brigitte Bardot , rappelle dans des messages radio que "en vacances, on a le droit de tout oublier... sauf son animal".

Parer au plus pressé

En attendant, pour parer au plus pressé pendant ce pic d'abandons, la Fondation 30 millions d'amis a distribué plus d'un million d'euros à 205 structures afin qu'elles puissent notamment acheter de la nourriture supplémentaire, payer les soins vétérinaires ou encore financer des travaux d'agrandissement. En dépit de tous ces efforts, 50.000 à 80.000 animaux restent aujourd'hui en attente de placement.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter