Abattoir de Limoges : L214 diffuse les images insoutenables de foetus jetés à la poubelle

DirectLCI
SCANDALE - L'association L214 dévoile notamment ce jeudi les images insoutenables de foetus et de veaux sur le point de naître, jetés à la poubelle dans l'abattoir de Limoges.

L’association de protection des animaux L214, dénonce ce jeudi, des cas de maltraitances à l’abattoir de Limoges, le plus grand de France, en diffusant notamment des images de fœtus et de veaux prêts à naître jetés à la poubelle. Comme le démontre la vidéo,  l’abattoir, qui tue chaque semaine 1 000 bovins et 1 500 ovins, abat également des vaches pleines. Avec un simple couteau, les ouvriers se chargent de trancher les utérus des vaches laissant le liquide amiotique couler et les foetus (parfois des veaux de près d'un mètre avec pelage et sabots) tomber. Ils sont ensuite jetés dans un bac où les boyaux s'entremêlent. 

Abattre des vaches gestantes est une pratique légale

"On jette le veau dans une poubelle pleine de merde. Parfois, il bouge, comme s’il était vivant. On fait ça tous les jours, au moins cinquante fois par semaine. Comment on peut les tuer, nom de Dieu ? Des vaches pleines et des veaux qui sont en train de sortir", s'indigne l'ouvrier auprès du quotidien Le Monde et grâce à qui les images ont été tournées. Après sept ans passés à l'abattoir de Limoges, Mauricio Garcia-Pereira témoigne à visage découvert et admet être à bout. "Je sais que je vais perdre mon travail. Je l’espère même. Je veux que le peuple français soit au courant". 


Abattre des vaches gestantes est une pratique légale, même si certains pays tentent de la faire interdire. Sur son site, l'association dénonce "un océan de souffrance révélé à l’abattoir de Limoges" : "des foetus sur le point de naître, s’asphyxiant lentement. Jetés dans des bennes à viscères. Des étourdissement ratés, des animaux poussés à coup de chocs électriques".

L214 appelle le ministre de l'Agriculture à agir

Une pétition a été mise en ligne sur le site de L214. Sur deux millions de vaches abattues chaque année en France, "environ 10%  sont gestantes et parfois prêtes à mettre bas", souligne l'association qui demande au ministre de l'Agriculture de prendre le problème très au sérieux. 


"Le gouvernement allemand vient de soumettre à la Commission européenne une proposition visant à interdire l’abattage des vaches gestantes au moins lors du dernier tiers de leur gestation, soulignant qu’il est établi scientifiquement que les veaux ont la capacité de souffrir à ce stade de leur développement. Nous, signataires, demandons au ministre de l’agriculture de soumettre au vote du Parlement français un projet de loi visant à interdire la mise à mort de vaches gestantes, au moins lors du dernier tiers de leur gestation".

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter