Abonnés Vélib, vous serez remboursés de janvier à mai

Abonnés Vélib, vous serez remboursés de janvier à mai
SOCIÉTÉ

COMPENSATION - Le service de vélos partagés parisien Vélib a annoncé vendredi soir à ses abonnées que leurs abonnements leur seraient remboursés pour les mois d'avril et mai, en plus des mois de janvier, février et mars. Voici comment demander le remboursement.

Si, comme de nombreux franciliens, vous n'avez pas pu profiter de votre abonnement Vélib à cause des nombreux dysfonctionnements du service de vélos partagés depuis la fin de l'année 2017, vous allez pouvoir bénéficier d'un remboursement supplémentaire.

Le syndicat gestionnaire Autolib' Vélib' Métropole a annoncé vendredi que le remboursement des forfaits pour les mois d'avril et mai a été voté par les élus "au vu du niveau encore important des dysfonctionnements du service". Le remboursement des mois de janvier, février et avril avait déjà été voté et annoncé. 

Lire aussi

Une demande de remboursement à formuler en ligne

Comment bénéficier de ces 5 mois de remboursement ? Il suffit de se rendre sur velib-metropole.fr/private/remboursement. Une fois connecté à votre compte Vélib, il faut confirmer ses données bancaires (et accepter les dernières conditions générales si vous ne l'aviez pas déjà fait). Si vous aviez déjà fait cette démarche pour les trois premiers mois de 2018, inutile de la refaire. 

Un remboursement est prévu avant fin septembre. D'ici là, il est possible de suivre la sortie de crise en allant sur la page blog.velib-metropole.fr/blog/2018/05/07/la-situation-velib/. Des "indicateurs de suivi" sont mis à jour quotidiennement, sur demande du syndicat Autolib' Vélib' Métropole.

En vidéo

VIDÉO - Après le Vélib', vers un fiasco Autolib' ?

Pendant ce temps-là, une grève à Smovengo

Le nouvel opérateur de Vélib, Smovengo, qui a pris la suite du groupe JCDecaux, connaît de gros ratés depuis 6 mois. L'entreprise est également touchée par une grève des salariés depuis le 17 avril. Ceux-ci dénoncent "des conditions de travail insupportables" et réclament une majoration des jours fériés et du travail de nuit.

Une quarantaine de salariés grévistes ont depuis reçu des convocations pour entretien préalable. "Il y a toujours la menace d'un licenciement qui plane sur les grévistes, y compris les salariés qui ont repris le travail sous la pression", a indiqué le représentant du syndicat Sud Commerce, Laurent Degousée, vendredi. Il a annoncé que les salariés se rendront "collectivement aux entretiens, puisqu'on leur reproche tous la même chose : avoir fait grève". Ils ont reçu le soutien d'élus communistes qui appellent Smovengo à "reprendre le dialogue, suspendre les entretiens préalables de licenciement et engager la médiation".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent