Accueil de 70 migrants à Saint-Brévin : l'inquiétude du maire de la commune

Accueil de 70 migrants à Saint-Brévin : l'inquiétude du maire de la commune
SOCIÉTÉ

MANQUE DE COMMUNICATION - Des migrants vont être installés dans un centre de vacances de Saint-Brévin-les Pins , en Loire-Atlantique. Le maire de la commune regrette de ne pas avoir été consulté et compte écrire au ministre de l'Intérieur.

Lorsqu’il a reçu l’appel de la sous-préfète de l'arrondissement de Saint-Nazaire mercredi 7 septembre, l’informant de la venue de 70 migrants dans sa commune, Yannick Haury s’est inquiété. Le maire de Saint-Brévin-les-Pins, une petite ville de 12 000 habitants située en Loire-Atlantique, raconte à Ouest France que ces "hommes célibataires", seraient hébergés dans un centre de vacances de la commune, situé à Saint-Brevin-l'Ocean. 

"Mais elle ne m'a pas dit quand, ni pour combien de temps, ni avec quels moyens", a-t-il regretté. Si la préfecture précise avoir reçu l’accord des propriétaires du centre, principalement utilisé l’été, celle-ci assure que l’accueil de ces migrants n’est pas confié au maire, mais assuré par l'État avec les moyens de l'État.

Toute l'info sur

Le démantèlement de la "Jungle" de Calais

Un courrier à Bernard Cazeneuve

Prise par le ministère de l’Intérieur, "en accord avec des responsables de la Caisse Centrale des Activités Sociales (CCAS) des salariés d’EDF, GDF et leurs filiales", cette décision fait suite au processus de démantèlement de la "jungle" de Calais. "Il n’y a eu aucune concertation avec moi et l’équipe municipale" dénonce Yannick Haury. "Nous sommes mis devant le fait accompli". Ce dernier a annoncé qu’il allait adresser un courrier à l’attention du Préfet et du Ministre de l’Intérieur pour leur faire part de ses interrogations et demander une réunion d’information en urgence.

Lire aussi

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent