Accusations de viols : garde à vue prolongée pour Tariq Ramadan, confronté à l'une des plaignantes

DirectLCI
JUSTICE - L'islamologue suisse Tariq Ramadan, accusé de viol par deux femmes en France, a été placé en garde à vue ce mercredi par les enquêteurs de la police judiciaire parisienne. Cette dernière vient d'être prolongée, a-t-on appris ce jeudi de source judiciaire. Une confrontation a d'ailleurs eu lieu entre l'une des plaignantes et le théologien.

Tariq Ramadan devant les enquêteurs.  L'islamologue et théologien suisse a été placé en garde à vue ce mercredi matin dans le cadre d'une enquête ouverte concernant des soupçons de viols et violences, selon une source judiciaire citée par l'AFP. Tariq Ramadan s'est rendu mercredi matin à la convocation des policiers "dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte à Paris des chefs de viols et violences volontaires", a précisé cette source, confirmant une information de RTL. 


Ce jeudi matin, cette garde à vue a été prolongée. Une confrontation a eu lieu ce jeudi après-midi entre Tariq Ramadan et l'une des plaignantes, selon une information confirmée à LCI.

En vidéo

Les accusations de viols s'accumulent contre Tariq Ramadan

Deux femmes accusent depuis octobre le théologien de les avoir violées en 2009 et en 2012.

Dans la foulée de l'affaire Weinstein

Ces deux plaintes ont été déposées dans la foulée de la vague de libération de la parole provoquée par l'éclatement de l'affaire Harvey Weinstein. L'universitaire est ainsi visé depuis la fin octobre par une enquête à Paris pour "viol, agression sexuelle, violences et menaces de mort", à la suite d'une première plainte de l'ancienne salafiste devenue militante laïque Henda Ayari. 

Une seconde plainte avait été déposée et jointe à l'enquête préliminaire ouverte à Paris. Cette seconde plaignante accuse M. Ramadan de l'avoir violée dans un hôtel à Lyon en octobre 2009 et elle a fourni des certificats médicaux aux enquêteurs.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter