Actes de cruauté sur des animaux : le maire d'Alès ordonne la fermeture de l'abattoir

SOCIÉTÉ
SOUFFRANCE ANIMALE - L'association L214 a mis en ligne mercredi matin des vidéos filmées au printemps dernier à l'abattoir d'Alès (Gard). On y voit des bêtes, cochons, vaches ou encore moutons, mourir dans des conditions pénibles. Un vétérinaire dénonce aussi de mauvaises conditions sanitaires. La mairie vient d'ordonner sa fermeture.

Le maire d'Alès a ordonné la fermeture de l'abattoir municipal après la diffusion d'une vidéo choc montrant les conditions d'abattage des animaux. "Max Roustan, maire d’Alès, ému par ces images, décide la fermeture immédiate à titre conservatoire, de cet établissement, ainsi que le lancement d’une enquête administrative interne sur d’éventuels manquements aux normes d’abattage des animaux", écrit la mairie dans un communiqué publié sur son site. "A l’issue de l’enquête interne, si des fautes sont reconnues, des sanctions seront prises pouvant aller jusqu’à la fermeture définitive de l’abattoir d’Alès", poursuit-elle.

Sur le papier, l'abattoir municipal d'Alès (Gard) avait l'image d'un abattoir modèle, "aux normes européennes", entièrement refait à neuf il y a à peine quatre ans, et recevant des élevages d'une filière bio. Dans les coulisses, il ne présentait pas le même visage. A travers une série de vidéos publiées mercredi 15 octobre au matin et une enquête mise en ligne ce jour , relayée par Le Point , l'association de défense des animaux L214 dénonce des "actes de cruauté". Elle affirme que "chevaux, vaches, veaux, cochons, agneaux et moutons y sont tués dans un océan de souffrance et d'indifférence".

Agonie et risques sanitaires

Ces images, tournées en avril et mai 2015, montrent des animaux – parfois entassés dans une cage – mourir après une lente agonie. En principe, la législation en matière d'abattage "conventionnel" prévoit que les bêtes soient étourdies et qu'elles ne soient plus conscientes au moment de leur mort.

Interrogé par Le Point, le vétérinaire Gilbert Mouthon, expert auprès des tribunaux, juge que ces images révèlent que l'abattoir "prend des risques sanitaires considérables", avec des animaux "maculés de matière fécale". En outre, "lorsque l'animal est saigné à terre, son cœur bat encore. Les germes présents sur le sol peuvent passer par la plaie de saignée et contaminer la viande". La souffrance des animaux ajoute à l'effroi que suscitent les scènes filmées.

À LIRE AUSSI
>> Menée à l'abattoir, une vache parvient à prendre la fuite

>> Quatre petits cochons échappent de justesse à l'abattoir

Attention, ces images peuvent choquer :

Lire et commenter