"Je me suis sentie impuissante et effrayée" : l'actrice Cara Delevingne, autre victime de Harvey Weinstein

"Je me suis sentie impuissante et effrayée" : l'actrice Cara Delevingne, autre victime de Harvey Weinstein

SCANDALE - L'actrice et top-model Cara Delevingne a annoncé, mercredi 11 octobre, être elle aussi une victime du producteur Harvey Weinstein. Elle vient ainsi allonger l'impressionnante liste des femmes qui, à Hollywood, assurent avoir été violées, agressées ou harcelées sexuellement par l'un des plus grands noms du cinéma américain actuel.

Un nouveau nom s'ajoute à la liste déjà vertigineuse des victimes de Harvey Weinstein. L'actrice et top-model américaine Cara Delevingne a annoncé mercredi 11 octobre, sur son compte Instagram, avoir été elle aussi harcelée sexuellement par le super-producteur de Hollywood. "Quand j'ai commencé à tourner dans des films, j'ai reçu un appel de Harvey Weinstein, me demandant si j'avais couché avec les filles qui s'affichaient avec moi dans les médias. C'était bizarre et j'ai raccroché au plus vite, mais il a eu le temps de me dire que si je me disais gay, je n'aurais jamais un rôle de femme hétérosexuelle" raconte-t-elle ainsi. 

Toute l'info sur

Hollywood : le scandale Harvey Weinstein

When I first started to work as an actress, i was working on a film and I received a call from‎ Harvey Weinstein asking if I had slept with any of the women I was seen out with in the media. It was a very odd and uncomfortable call....i answered none of his questions and hurried off the phone but before I hung up, he said to me that If I was gay or decided to be with a woman especially in public that I'd never get the role of a straight woman or make it as an actress in Hollywood. A year or two later, I went to a meeting with him in the lobby of a hotel with a director about an upcoming film. The director left the meeting and Harvey asked me to stay and chat with him. As soon as we were alone he began to brag about all the actresses he had slept with and how he had made their careers and spoke about other inappropriate things of a sexual nature. He then invited me to his room. I quickly declined and asked his assistant if my car was outside. She said it wasn't and wouldn't be for a bit and I should go to his room. At that moment I felt very powerless and scared but didn't want to act that way hoping that I was wrong about the situation. When I arrived I was relieved to find another woman in his room and thought immediately I was safe. He asked us to kiss and she began some sort of advances upon his direction. I swiftly got up and asked him if he knew that I could sing. And I began to sing....i thought it would make the situation better....more professional....like an audition....i was so nervous. After singing I said again that I had to leave. He walked me to the door and stood in front of it and tried to kiss me on the lips. I stopped him and managed to get out of the room. I still got the part for the film and always thought that he gave it to me because of what happened. Since then I felt awful that I did the movie. I felt like I didn't deserve the part. I was so hesitant about speaking out....I didn't want to hurt his family. I felt guilty as if I did something wrong. I was also terrified that this sort of thing had happened to so many women I know but no one had said anything because of fear.

Une publication partagée par Cara Delevingne (@caradelevingne) le

Mais l'histoire ne s'est pas arrêtée là. Quelques années plus tard, la mannequin retrouve Harvey Weinstein lors d'un rendez-vous professionnel. "Dès qu'on a été seuls, il a commencé à me raconter ses exploits sexuels auprès d'actrices connues, comment il avait construit leurs carrières. Il m'a invité dans sa chambre". La jeune femme décline alors l'invitation, mais l'assistante de Weinstein lui indique que son chauffeur n'est pas prêt d'arriver et qu'elle ferait mieux de monter. "A ce moment-là je me suis sentie impuissante et effrayée mais je me suis dit que je me faisais de fausses idées. Quand je suis arrivée dans la chambre, j'ai été soulagée de voir qu'il y avait une autre femme, je pensais que j'étais à l'abri." 

Mais il n'en était rien. "Il nous a demandé de nous embrasser." Cara Delevingne dit alors s'être levée, s'être mise à chanter comme dans le cadre d'une audition, pour faire diversion. Avant qu'elle ne parvienne à partir, le producteur "s'est mis devant la porte et a tenté de [l']embrasser sur la bouche".

Lire aussi

Parole libérée

Depuis l'enquête du New York Times, révélant les nombreuses accusations de viols, d'agressions sexuelles et de harcèlement envers l'un des poids-lourds de l'industrie du cinéma américaine, la parole s'est libérée de manière surprenante. Ce sont ainsi plusieurs dizaines de femmes qui ont déclaré dans les médias, ces derniers jours, avoir été victimes de Harvey Weinstein. Parmi elles, Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow, les françaises Emma de Caunes, Judith Godrèche et Léa Seydoux, ou encore la top-model italienne Ambra Battilana Gutierrez, qui avait même enregistré son agression. 

Les témoignages, dans ce scandale, sont d'autant plus accablants qu'ils se ressemblent beaucoup. Toutes les victimes décrivent avoir été attirées dans la chambre du producteur, pour un prétexte ou un autre, avant qu'il ne disparaisse dans la salle de bain et n'en ressorte nu, ou en peignoir. Harvey Weinstein leur aurait ensuite demandé de se faire masser, avant de les presser de se plier à des rapports sexuels. La maison de production indique avoir licencié le producteur. Pour autant, aucune procédure judiciaire n'est à l'heure actuelle engagée contre lui. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Variant Omicron : le Japon ferme ses frontières, réunion d'urgence des ministres du G7 à Londres

"Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

Covid-19 : de l'école primaire au collège, les changements attendus à partir de ce lundi

VIDÉO - Sur les côtes anglaises, les habitants assistent consternés à l'arrivée de centaines de migrants

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.