Consentement sexuel : 10 conseils à donner à sa fille

Consentement sexuel : 10 conseils à donner à sa fille

Société
PARENTS - Après l'échec de l'amendement installant la présomption de non-consentement pour les mineurs de moins de 15 ans, Santé Publique France dévoile dans une étude que 8% des adolescentes âgées de 15 à 17 ans déclarent avoir subi un viol ou une tentative de viol. De quoi interroger la façon dont nous les jeunes filles à la question du respect de leur consentement.

C'est une étude de Santé Publique France qui prolonge la mise en lumière des difficultés à respecter la notion de consentement. 8% des adolescentes âgées de 15 à 17 ans déclarent avoir subi un viol ou une tentative de viol. Un chiffre qui tombe à 1% pour les hommes du même âge, raconte encore cette enquête dévoilée mardi 23 octobre par Europe 1. De quoi prolonger les questionnements autour de l'enseignement du consentement chez les plus jeunes d'entre nous. D'autant que, après avoir promis qu'un rapport sexuel avec un mineur de moins de 15 ans serait automatiquement considéré comme non-consenti, le gouvernement a fini par nettement revoir sa copie, suscitant la colère des associations féministes et de défense des droits de l'enfant.


Qu'elle soit plus jeune ou plus âgée, comment éduquer sa fille au consentement sexuel ? Cette question-là - et bien d'autres - tout parent va être amené à se la poser. Alors, nous republions notre article où nous avions fait intervenir la docteure Béatrice Copper-Royer, psychologue clinicienne, spécialisée dans l'enfance et l'adolescence, pour qu'elle nous explique comment aborder avec sa fille cette notion essentielle.

En parler dès l'école primaire

"Ce sujet doit être abordé très tôt avec sa fille, dès l'école primaire, avant même qu'il ne soit question de sexualité. Premièrement il faut assurer la petite fille dans son intégrité corporelle, dans son droit de dire non, même avec des personnes qu'elle connaît et qu'elle aime. Notamment parce que c'est souvent dans la sphère familiale ou amicale que les dérapages ont lieu", explique à LCI la psychologue.


"Par ailleurs, même si les discours sont là, dans la réalité les adolescents sont beaucoup moins avertis que ce que l'on croît. Pour une jeune fille, la pénétration, une fellation, ça n'est pas du tout envisagé comme ça se passe dans la réalité. C'est très abstrait. Et pour consentir à quelque chose, il faut savoir à quoi on consent, ajoute-t-elle. Ainsi, quand une très jeune fille se retrouve face à un jeune homme qui lui impose une relation sexuelle, c'est de l'ordre de la sidération. Elle n'a pas vraiment la possibilité de fuir, elle ne peut que se soumettre. C'est comme s'il y avait une absence de pensée. A 11 ans, on est une enfant dans sa maturité psychique, même si physiquement on fait parfois plus femme. Les représentations imaginaires sont encore beaucoup plus du côté de l'enfance."

 

Béatrice Copper-Royer met en garde les parents contre certains comportements parfois déplacés, alors que ce sont eux qui doivent avant tout donner l'exemple : "J'ai beaucoup de jeunes en consultation qui disent combien il y a pu avoir des climats incestueux chez eux quand ils étaient enfants. Une jeune fille récemment me disait que son père laisse systématiquement la porte de la salle de bain ouverte quand il prend sa douche. C'est insensé. Cela provoque un sentiment de gêne énorme chez un adolescent". 

Les 10 conseils à donner à sa fille

On n'a pas le droit de toucher ton corps si tu ne le souhaites pas.


• Quelqu'un n'a pas à t'imposer de te faire un bisou si tu ne le souhaites pas.


• Tu n'es pas obligée de dire oui même à quelqu'un que tu aimes bien, surtout si tu sens qu'il veut que tu fasses des choses que tu n'as pas envie de faire.


• Un adulte que tu connais n'a pas tous les droits. Ne te sens pas coupable de lui dire non.


• Tu ne seras pas stupide si tu ne te soumets pas aux désirs d'un garçon.


•  L'intimité est quelque chose de très important et ça se protège. 


• Tu ne dois pas te livrer sans désir.


• Tu dois écouter ton désir et c'est ça le plus important.


• Ce qui se passe sur internet, ce n'est pas la vraie vie. Ne te sens pas idiote par rapport aux images explicites que tu peux y voir.


• Et je te le redis encore une fois : on ne suit pas quelqu'un qu'on ne connaît pas.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Réussir l'éducation de ses enfants

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter