Adopter son animal de compagnie dans de bonnes conditions, c'est aussi une question de timing

Adopter son animal de compagnie dans de bonnes conditions, c'est aussi une question de timing

DirectLCI
TIMING - Adopter un animal de compagnie est une décision lourde de conséquences. C'est pourquoi il est important de le faire au bon moment. Pour vous éviter de débuter sur de mauvaises bases, nous avons demandé conseil à Nicolas Dumas, directeur général adjoint de la SPA.

Après une période fraîche et grisâtre, le soleil a pointé le bout de son nez le premier jour de l’été. Températures estivales et longues journées nous rapprochent chaque jour un peu plus des vacances… et des traditionnels abandons d’animaux de compagnie. Selon la fondation 30 millions d’amis, 60.000 chiens et chats sont abandonnés chaque année sur la route des vacances. Si ces actes sont impardonnables et injustifiables, beaucoup d’entre eux pourraient sans doute être évités à condition que les adoptions ou achats d’animaux soient mûrement réfléchis. Nous avons demandé à Nicolas Dumas, directeur général adjoint de la SPA, quelles étaient les conditions idéales pour accueillir chez soi un nouveau compagnon.

S'être bien préparé

Pour Nicolas Dumas, il n'y a pas forcément de période idéale pour adopter. Il faut simplement avoir mûrement réfléchi sa décision et s'être préparé à l'avance. "Si on est passé au refuge, qu'on a vu 'Kiki' et qu'il est très mignon, il faut aussi penser à la responsabilité que son adoption engage et toute l'organisation que ça implique", explique-t-il. "C'est-à-dire, en priorité : quand on part en week-end ou en vacances, comment on gère l'animal ? Est-ce qu'on peut emmener 'Kiki' au camping qu'on a réservé cet été ? Est-ce qu'un ami peut le garder ? Etc."

Avoir du temps

Disposer de temps est évidemment la condition première à respecter quand on adopte un chat ou un chien. L’animal, qui va se retrouver immergé dans un tout nouvel environnement, aura besoin de vous pour se rassurer lorsqu'il arrivera dans votre foyer. Il lui faudra aussi apprendre à vous connaître et à trouver ses repères. L'idéal serait donc d'être avec lui les premiers jours. "Il faut, au minimum, lui accorder un week-end. Mais si on peut avoir quatre ou cinq jours d'affilé, ce n'est pas plus mal", commente Nicolas Dumas. "D'autant qu'il faut lui inculquer les règles qui s'appliquent à la maison et lui expliquer que le chef, ce n'est pas lui", ajoute-t-il.


Selon Nicolas Dumas, ces jours doivent aussi servir à ce que l'animal s'habitue progressivement à la solitude, avant votre retour au travail. "Dès le deuxième jour, c'est bien de partir de chez vous pendant cinq minutes, puis revenir et repartir un peu plus longtemps. Comme ça, la transition se fera ensuite sans problème", soutient-il.

Choisir le bon moment

Vos enfants vous réclament un compagnon pour Noël ? Pour Nicolas Dumas, un animal peut tout à faire être adopté à cette période à la seule condition qu'il ne soit pas considéré comme un cadeau. "Il faut vraiment que ça soit une décision réfléchie, et que l'on comprenne bien que l'on s'engage pour une quinzaine d'années avec un chien et une vingtaine avec un chat". Faire entrer au sein de sa famille un animal de compagnie comporte des responsabilités qu’il ne faut pas négliger. Il faudra dans tous les cas lui accorder du temps, de l’attention et de l'affection, mais aussi des soins lorsqu’il en aura besoin.


Adopter un chien juste avant de partir en vacances n'est de plus pas forcément une bonne idée. "Le chien va être un peu perturbé, il ne va pas vous connaître, on l'emmène dans un endroit qui ne sera plus le sien après. Tout le monde est présent tandis qu'à la rentrée, il n'y aura tout à coup plus personne." En plus d'être déstabilisé, le chien risque d'avoir un comportement agressif ou inapproprié. Mieux vaut donc le prendre sous votre aile au moins une semaine avant le départ, ou à la rentrée.

Ne pas céder à un effet de mode

Les films ou dessins animés mettant en scène des animaux lancent souvent des tendances. En 1996, lors de la sortie des "101 dalmatiens", ces chiens tachetés avaient été achetés en masse. Mais, très énergiques, les animaux avaient vite fait déchanter leurs propriétaires qui n’étaient pas préparés à les accueillir. Un an après, les abandons de dalmatiens avaient triplé aux Etats-Unis. Même problème avec les huskies suite à la série "Game of Thrones", qui met en scène des loups domestiqués. Depuis 2011, les refuges britanniques ont remarqué des abandons de huskies multipliés par huit. "On a aussi eu la période Jack Russell, nous indique le directeur général adjoint de la SPA. C'était un effet de mode mais les gens se sont aperçus que malgré leur petite taille, c'était des chiens super vifs. Et ils nous les ont ramenés."


Encore une fois, le choix doit donc être réfléchi et adapté à votre mode de vie. Si vous habitez en appartement, il n'est pas forcément déconseillé de prendre un gros chien ou un animal très actif, à condition qu'il puisse se dépenser à sa guise.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter