Affaire Vincent Lambert : le maintien en vie recommandé

Affaire Vincent Lambert : le maintien en vie recommandé

DirectLCI
FIN DE VIE – Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne s'est penché ce mardi 30 septembre sur un potentiel arrêt des soins concernant Vincent Lambert. C’est François, son neveu, qui a cette fois saisi la justice. Un nouveau procès aux allures de retour à la case de départ, pour la famille du tétraplégique de 39 ans. Verdict le 9 octobre prochain.

L’affaire ne se terminera donc jamais. A Châlons-en-Champagne, ce mardi 29 septembre, le tribunal administratif s'est saisi à nouveau du cas Vincent Lambert. Un énième épisode dans ce marathon judiciaire interminable porté cette fois par François Lambert, le neveu, qui réclame l’arrêt des soins apportés à son oncle en état végétatif depuis 2008. Et qui risque fort de ne pas être le dernier : à l'issue de l'audience, le rapporteur public a demandé le rejet de cette requête.

La question posée au tribunal était claire. Le CHU de Reims, où est hospitalisé Vincent Lambert, est-il dans son droit en le maintenant en vie ? Selon François, l’établissement est en situation d’abus de pouvoir, car il poursuit les soins alors même que la Cour européenne des droits de l’Homme, la plus haute instance juridique , a décidé du contraire en mai 2015. En rejetant la demande en révision des parents de Vincent Lambert, qui souhaitent le maintenir en vie à tout prix, la CEDH avait ainsi affirmé qu’il était temps de le laisser partir.

Cuillerée de compote et regard absent

Ce nouveau procès ne fait guère avancer la situation. Voilà donc une litanie juridique qui semble tourner en boucle, indéfiniment. Au mois de juillet dernier pourtant, la fin de l’histoire semblait proche. La docteur Daniela Simon, chef de service au CHU de Reims, devait se prononcer sur l’arrêt des soins, après avoir reçu toute la famille en entretiens individuels. A la surprise générale, elle a choisi …de ne pas choisir. Pour des raisons de sécurité, elle a préféré saisir un procureur pour que soit désigné un tuteur légal à Vincent Lambert et, ainsi, assurer sa mise sous protection.

De l’avis des médecins qui le suivent, pourtant, l’état clinique du patient n’évolue pas et ce malgré les différentes vidéos rendues publiques par les parents de Vincent, le mettant en scène en train de "déglutir" une cuillerée de compote ou tournant la tête par instants, le regard absent. En attendant la décision du tribunal administratif le 9 octobre prochain, la bataille familiale et juridique peut reprendre son cours.

A LIRE AUSSI
>> Viviane Lambert : "Mon fils n'est pas un mort-vivant" >> La vidéo dérangeante pour prouver qu'il "réagit"
>> Vincent Lambert : l'acharnement médiatique

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter