Affaire Zahia : la relaxe "pure et simple" requise pour Ribéry et Benzema

Affaire Zahia : la relaxe "pure et simple" requise pour Ribéry et Benzema

DirectLCI
PROCES - Le procureur a requis mercredi la relaxe de Franck Ribéry et de Karim Benzema dans l'affaire Zahia. Tous deux sont soupçonnés d'avoir eu recours aux services sexuels tarifés de la désormais célèbre Zahia Dehar, alors qu'elle était mineure.
Les Bleus totalement blanchis ? Devant le tribunal correctionnel de Paris, où sont jugés depuis lundi Franck Ribéry et Karim Benzema, le procureur a requis la relaxe "pure et simple" des deux joueurs dans l'affaire Zahia.  Des peines allant d'un an de prison avec sursis à trois ans, dont la moitié avec sursis, ont en revanche été requises à l'encontre de cinq autres prévenus accusés, eux, de proxénétisme aggravé.
 
Les footballeurs, poursuivis pour "sollicitation de prostituée mineure", pouvaient-ils ignorer l'âge de la jeune "escort girl" ? C'est autour de cette question cruciale que se sont joués les débats. Pour le procureur Jean-Julien Xavier Rolai, il est impossible de démontrer qu'ils étaient au courant de sa minorité. Durant l'enquête, le joueur du Bayern Munich s'en était en effet défendu , contestant également une quelconque rétribution. De son côté, l'attaquant du Real Madrid avait nié tout rapport sexuel. Le magistrat a estimé mercredi que "la réalité même" de cette relation était "à tout le moins douteuse". Celle par qui le scandale est arrivé assurait quant à elle avoir menti sur son âge.
 
"Au lit, elle n’avait pas 17 ans"
 
A l'issue de l'instruction, le parquet avait déjà requis un non-lieu pour les deux footballeurs et le beau-frère de Ribéry, également poursuivi. Mais le juge d'instruction, convaincu de l'inverse, les avait renvoyés devant le tribunal correctionnel de Paris. Absents à l'audience, Ribéry et Benzema ont pu compter sur un autre protagoniste du dossier pour assurer leur défense : Kamel Ramdani. L'entremetteur, accusé de proxénétisme, a fait son show à la barre mardi . Celui qui se présente comme "apporteur d'affaires au black dans le milieu du foot" aurait présenté Zahia à son "ami Ribéry" par hasard, lors d'une escapade munichoise en 2009. Rien n'était prévu donc, le "lèche-vitrines" ayant simplement dérapé en parties fines. Mais il le jure, jamais il n'a su que la jeune femme était mineure. "Franchement, au lit, elle n’avait pas 17 ans", a-t-il lancé en guise d'argument massue au président.
 
L'affaire qui a éclaté juste avant la Coupe du monde 2010 devrait connaître prochainement son épilogue. Les plaidoiries des avocats des deux internationaux sont attendues en fin d'après-midi, celles des conseils des autres prévenus jeudi. Le jugement sera ensuite mis en délibéré.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter