Agression raciste sur un inspecteur du travail : Myriam El Khomri fustige des "agissements intolérables"

SOCIÉTÉ
RÉACTION - Sa réaction était attendue des syndicats. Myriam El Khomri est revenue ce lundi 9 janvier sur l'agression raciste d'un inspecteur du travail de la Drôme. Les syndicats attendent d'elle qu'elle se constitue partie civile dans l'affaire.

Les faits remontent au 4 janvier. Il est près de midi sur un chantier de rénovation de bâtiment, dans la Drôme, lorsqu'un inspecteur du travail de la Direccte Auvergne-Rhône Alpes se fait invectiver par une personne présente sur les lieux. Très vite, il est victime de menaces et d'insultes à caractère raciste. "Ce n'est pas aux nègres de contrôler les blancs" s'est-il entendu dire, selon nos confrères de France 3 Régions. Devant les gendarmes, appelés sur les lieux de l'agression, l'auteur des propos ne fait pas profil bas : au contraire, il répète les mêmes insultes qu'il a jetées, un peu plus tôt, au visage du fonctionnaire, nous rapporte Le Dauphiné.


Une agression qui est parvenue aux oreilles de la ministre du Travail, alors que l'inspecteur a décidé de porter plainte. Ce lundi 9 janvier dans la matinée, Myriam El Khomri a ainsi fait savoir, par voie de communiqué, qu'elle "condamne avec la plus grande fermeté ce comportement totalement inadmissible vis-à-vis d'un agent public dont la mission consiste à s'assurer du respect des règles de santé et de sécurité et de droit du travail." Elle ajoute : "L'inspecteur du travail victime de ces agissements intolérables bénéficie de la protection due par l'administration dans de tels cas et je veillerai personnellement avec le Directeur général du travail et la Direccte, que toutes les suites les plus appropriées soient réservées à cette situation."

Une "situation scandaleuse"

Un appui et un soutien que les syndicats réclamaient  depuis la semaine précédente. La CGT et Sud Solidaire Drôme, notamment, qui dénonçaient une situation "scandaleuse" et répétée envers des agents de l'inspection du travail, fustigeaient alors le silence de la ministre et demandaient à ce qu'elle se porte partie civile dans cette affaire. Contacté, l'entourage de Myriam El Khomri ne nous a pas encore précisé si cette démarche était d'actualité. 

En vidéo

Myriam El Khomri soutient Manuel Valls à la primaire de gauche

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter