Ai-je le droit de ramener mon animal de compagnie au travail ?

VIE DE BUREAU - Si on exclut les allergies éventuelles de certains collègues, la présence d'un chien ou d'un chat peut apporter certains avantages au sein d'une entreprise. Malgré tout, le propriétaire est responsable en cas de dégâts.

Comme le Code du travail et les conventions collectives n'évoquent aucun article sur le fait de pouvoir amener ou non son animal de compagnie au travail, il faut se fier au règlement interne. Le plus souvent, cette possibilité repose sur le secteur d'activité de l'entreprise et sur l'état d'esprit de l'employeur. C'est donc avec votre employeur qu'il faudra directement négocier, mais sachez qu'il y a des secteurs plus compliqués que d'autres : si vous travaillez dans les secteurs de l'alimentation ou de la santé par exemple, pour des raisons évidentes d'hygiène et de sécurité, il y a peu de chances que votre demande aboutisse. Vous devez également prendre en compte les problèmes d'allergies de vos collègues, qui peuvent être déterminant dans la décision de votre patron. 

Vous êtes responsable en cas de dégâts

Fait plutôt étonnant : si ce phénomène est assez répandu aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, il l'est encore très peu en France. Pourtant, la pratique de ramener son animal de compagnie, type chien ou chat, sur son lieu de travail, comporte de nombreux avantages avérés, comme ceux de détendre l'atmosphère au travail et de créer des liens sociaux entre salariés. Plus difficile d'aboyer sur son collègue en présence de son chien, non ? 


En cas de dégâts, sachez toutefois que c'est vous qui serez tenu responsable, c'est votre responsabilité civile qui se trouvera engagée. Il y a quelques années par exemple, un chauffeur routier avait amené son chien avec lui, et l’avait laissé plusieurs heures dans la cabine de son camion, garé sur le parking de l'entreprise. Le chien s’était échappé et avait mordu une collègue : l’employé avait alors été licencié pour faute grave. L'affaire était montée jusqu'en cours de cassation, qui avait donné raison à l’employeur. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La Matinale

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter