"Air cocaïne" : Aymeric Chauprade dévoile son rôle de "chef d'équipe" dans l'exfiltration des pilotes

"Air cocaïne" : Aymeric Chauprade dévoile son rôle de "chef d'équipe" dans l'exfiltration des pilotes

DirectLCI
AIR COCAÏNE - Le député européen Front national Aymeric Chauprade livre à "Paris Match" jeudi des détails sur l'exfiltration des pilotes de l'affaire "Air cocaïne", dont il a été un acteur clé.

Officier de réserve de la Marine nationale et ancien conseiller de l'ex-président dominicain Leonel Fernandez, Aymeric Chauprade, 46 ans, a répondu aux questions de Paris Match sur la rocambolesque fuite de pilotes français dans l'affaire "Air cocaïne". Il détaille comment il a participé à leur exfiltration de République dominicaine, un peu plus de deux mois après qu'ils ont été condamnés à vingt ans de prison pour trafic de drogue. Une affaire dans laquelle ils ont toujours plaidé leur innocence.

Selon l'élu FN, l'idée d'exfiltrer Pascal Fauret et Bruno Odos a germé le jour de leur condamnation, en août, par la justice dominicaine. Convaincu de l’innocence des deux pilotes, il évoque l’hypothèse avec des membres du comité de soutien de Pascal Fauret et Bruno Odos. Une hypothèse soumise à l'expert en sûreté aérienne Christophe Naudin à qui "l’idée était venue à l’esprit (...) aussi", explique Aymeric Chauprade à l'hebdomadaire .

Il brouille les pistes pour faire croire que les pilotes sont toujours là

L'opération baptisée "Dîner en ville" se met alors en place. Selon son récit, Aymeric Chauprade a été le "chef de l'équipe 1". Il s'est chargé de l'opération terre-mer, soit de l'hôtel, où il a retrouvé les pilotes, jusqu'en mer, près de la limite des eaux internationales, "à 7 miles nautiques" des côtes dominicaines, pour ne pas alerter les autorités maritimes locales. Là, Pascal Fauret et Bruno Odos ont été récupérés par une deuxième équipe dirigée par Christophe Naudin, explique l'eurodéputé.

EN SAVOIR + >> Air cocaïne : où en est l'enquête française ?

Concernant sa partie, Aymeric Chauprade raconte avoir roulé durant trois heures jusqu’au point d'embarquement du premier bateau. "Le bateau devait partir au point du jour pour simuler une balade en mer. Nous devions nous jouer des militaires qui surveillent tous les points de départ. Nous l’avons fait", raconte-t-il. Une fois les pilotes sur le second bateau, Aymeric Chauprade et les personnes qui l'accompagnent s’efforcent de brouiller les pistes. "Nous rentrons 'faire vivre' les pilotes qui sont déjà loin comme s’ils étaient encore là, à l’hôtel, défaire les lits le matin, arranger leurs affaires, recharger les téléphones portables et les faire bouger dans la ville", poursuit-il.

Selon l'élu d'extrême droite, les pilotes n'ont pas formulé leur souhait de s'échapper de République dominicaine, où ils étaient assignés à résidence, avant qu'Aymeric Chauprade, accompagné de Christophe Naudin, ne les rencontrent à Saint-Domingue à la mi-septembre et leur soumettent le projet. "Ils étaient chauds bouillants pour partir", affirme Aymeric Chauprade, qui confirme que l’opération a coûté 100.000 euros, financés par de "généreux donateurs", avant de souligner : "Je sais que l’opération n’a produit aucun bénéfice. Personne dans mon équipe n’a gagné d’argent. Nous n’avons pas fait appel à des mercenaires". Et d'assurer enfin que "l’Etat français n’est pas impliqué dans cette exfiltration".

À LIRE AUSSI
>>
"Les pilotes ont péché par négligence"

>> "Air Cocaïne" : les dessous d'une incroyable évasion

Plus d'articles