Air France dément la suppression de 5000 postes supplémentaires après 2017

SOCIÉTÉ
CRISE - Selon le Canard enchaîné, Air France envisagerait une deuxième vague de départs après la suppression de 2900 postes annoncée lundi. La compagnie a formellement démenti mardi cette information.

Quel projet de réduction de postes chez Air France ? Au lendemain des dérapages qui ont interrompu le comité d’entreprise exceptionnel au cours duquel la direction a annoncé une surpression possible de 2900 postes, le Canard enchaîné, document interne à l'appui, a révélé mardi que la compagnie prévoyait dans un second temps une réduction de personnel concernant pas moins de 5.000 emplois.

Une information rapidement démentie mardi par la direction d'Air France. "Air France dément ces chiffres et rappelle que le plan de restructuration de son réseau long-courrier annoncé hier (lundi) générera d'ici à 2017 un sureffectif estimé à 2.900 personnes", a indiqué la direction dans un communiqué transmis à l'AFP. "Il n'existe aucun plan concernant les évolutions d'effectifs en 2018, 2019 et au-delà", ajoute-t-elle. La direction précise en outre avoir "travaillé sur différentes hypothèses", jugeant qu'il "n'est donc pas surprenant que des chiffres non confirmés circulent aujourd'hui".

Une "hypothèse qui circule dans l'entreprise"

Dans son édition de mercredi, le Canard enchaîné affirme que le plan annoncé lundi "sera suivi, après 2017, d'une autre saignée, qui, elle, portera sur 5.000 suppressions d'emplois". Le journal satirique s'appuie sur "des documents que n'auraient pas dû recevoir certains syndicalistes", précise-t-il. Côté syndicats, une source affirme qu'il s'agit d'une "hypothèse qui circule dans l'entreprise", mais d'autres syndicalistes interrogés par l'AFP n'ont pas eu connaissance de cette hypothèse.

EN SAVOIR + >> Violences chez Air France : le parquet de Bobigny ouvre une enquête

Après une première vague de départs inscrite dans le plan de restructuration de la compagnie en difficulté "Transform 2015", qui s'est traduit par la suppression de 5000 postes en trois ans, la direction a annoncé aux représentants du personnel la mise en place d'un "plan B", en lieu et place du deuxième volet de restructuration de l'entreprise "Perform 2020" pour lequel les négociations au sein de l'entreprise ont achoppé.

A VOIR AUSSI
>>
VIDEO - "Prenez-nous de haut !" : une employée d'Air France ignorée par ses dirigeants
>>
EN IMAGES - Air France : retour sur une folle journée
>>
VIDÉO - Air France : les images du DRH poursuivi par la foule

Lire et commenter