Air France : Manuel Valls en remet une couche contre les "voyous"

SOCIÉTÉ
SOUFFLER LE CHAUD ET LE FROID - Jeudi 15 octobre au matin sur RMC et BFMTV, Manuel Valls a décrit à nouveau comme des "voyous" les salariés d'Air France mis en cause dans des violences commises le 5 octobre dernier. Il a confirmé par la même occasion que le plan de suppression de 2900 postes n'était pas suspendu.

L'avion gouvernemental en plein flottement sur le dossier Air France. Alors que les ministres Myriam El Khomry (Travail) et Ségolène Royal (Ecologie) semblaient pencher ces derniers jours pour une remise à plat du plan massif de restructuration d'Air France, Manuel Valls a passé les salariés à la douche froide, jeudi matin au micro de Jean-Jacques Bourdin, sur BFMTV.

"Non, le plan de suppression de 2900 postes n'est pas suspendu", a-t-il tout simplement répondu à la question du journaliste sur le sujet. De quoi ajouter encore un peu au flou qui règne dans la gestion politique de la crise sociale au sein de la compagnie aérienne.

"Voyous"

"Le gouvernement, explicite Manuel Valls, soutien le plan de restructuration d'Air France et appelle au dialogue […] Le dialogue a repris et doit se poursuivre avec tous les salariés." Avec, bien sûr, cette épée de Damoclès des 2900 suppressions de postes.

Deuxième coup de bambou, les propos réitérés du Premier ministre sur le comportement des salariés mis en cause dans des violences contre des cadres en marge du comité central d'entreprise de la compagnie, le 5 octobre dernier. Il y a eu "des comportements de voyous", juge Manuel Valls à l'adresse des 5 salariés qui seront jugés le 2 décembre prochain et pourraient être mis à pied dès ce jeudi . De quoi entretenir la bonne ambiance qui règne au sein de la compagnie.

À LIRE AUSSI
>>
VIDÉO - "Prenez-nous de haut !" : une employée d'Air France ignorée par ses dirigeants
>> VIDÉO - Quand la CGT ironise sur la chemise déchirée du DRH d'Air France

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter