Allier : des réfugiés au secours du club de foot local

Allier : des réfugiés au secours du club de foot local

INTEGRATION REUSSIE - Après sept années d'absence faute de joueurs, le petit village de Bellenaves dans l'Allier a renoué avec la troisième division de football. Grâce au concours providentiel d'une dizaine de réfugiés afghans et soudanais.

Bellenaves dans l'Allier : 1000 habitants, 20 réfugiés, et une équipe B de football en déperdition. Et puis, l'idée a germé dans les bureaux du maire et du Centre d'accueil de demandeurs d'asile : pourquoi ne pas intégrer ces nouveaux habitants dans le club de football local ?

Une dizaine de réfugiés afghans et soudanais ont donc chaussé les crampons, enfilé shorts et maillots, et l’équipe B de Bellenaves a pu renouer samedi 24 septembre avec la compétition. "Malgré une journée de retard, le district a accepté d'intégrer l'équipe dans une poule", s'est réjoui le président de l'AS Bellenaves, Dominique Ferrandon, qui a dû régler au préalable des difficultés administratives faute de cartes de séjour et d'assurances.

Je suis heureux de jouer dans une équipe d'ici, avec des joueurs français- Zabihullah, un Afghan de 18 ans, qui évoluait chez les Juniors à Kaboul

Les nouveaux joueurs se sont inclinés 4 buts à 3 devant la formation de la Montagne bourbonnaise, malgré une remontée de trois buts à une demi-heure du coup de sifflet final. Mais la défaite a été heureuse pour le onze blanc et vert, soutenu par une 

soixantaine de supporteurs.

"C'est fantastique ! Je suis heureux de jouer dans une équipe d'ici, avec des joueurs français. C'était difficile, nous étions stressés. La prochaine fois j'espère qu'on gagnera", a déclaré Zabihullah, un Afghan de 18 ans qui évoluait chez les Juniors à Kaboul. "C'était beau ! La prochaine fois j'en marque quatre !", a pour sa part indiqué Abdallah Ibrahim, l'auteur des deux derniers buts de Bellenaves.

Le maire de Bellenaves, lui, est ravi de son initiative : "C'était inespéré. Voir l'envie de gagner en deuxième mi-temps, cette 

gnaque extraordinaire, c'était super", s'est félicité Dominique Bidet.

Lire aussi

    Mais l'enthousiasme des habitants de l'Allier n'est pas forcément partagé par tout le monde sur le territoire hexagonal. 800 personnes ont manifesté samedi 24 septembre à Versailles et Louveciennes contre le projet d'installation de centres d'accueil de migrants dans le département des Yvelines, après les annonces du ministère de l'Intérieur afin de désengorger le camp de Calais.

    Les manifestants étaient appelés à se mobiliser par les conseillers municipaux versaillais (DVD, opposition) François Bouglé et Valérie d'Aubigny. Ce dernier a notamment appelé la foule à "dire non" à "l'implantation maintenant confirmée de migrants à Louveciennes, Rocquencourt et on nous dit maintenant partout dans les Yvelines". 

    Des initiatives hostiles (manifestations, pétitions) qui se multiplient dans les communes d'Ile-de-France, tout comme dans certains quartiers de Paris. Notons également la volonté affichée par le président de la région Rhône-Alpes-Auvergne Laurent Wauquiez d'offrir une aide juridique aux maires de sa région pour qu'ils n'aient pas à accueillir de migrants.

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    Présidentielle 2022 : pourquoi Eric Zemmour taxe-t-il Marine Le Pen de "femme de gauche" ?

    Tir mortel d’Alec Baldwin : nouvelles révélations sur la jeune armurière Hannah Gutierrez Reed

    Dans le Gard, le geste héroïque d'un élève de 9 ans pour sauver son camarade de l'étouffement

    VIDÉO – Un an de pluie en quelques heures : les images des dégâts des inondations monstres en Sicile

    En plein conflit sur les licences de pêche post-Brexit, deux navires britanniques verbalisés en baie de Seine

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.