Alstom : Hollande fixe "l'objectif" de maintenir les activités de Belfort

Alstom : Hollande fixe "l'objectif" de maintenir les activités de Belfort

DÉBAT - A l'issue d'une réunion interministérielle sur l'avenir d'Alstom, François Hollande a fixé ce lundi "l'objectif" de maintenir les activités du site de Belfort. Selon Michel Sapin, il s'agit de "redonner espoir aux salariés".

Une réunion interministerielle s'est tenue ce lundi matin à l'Elysée autour de François Hollande, pour parler de l'avenir d'Alstom. Selon le ministre des Finances Michel Sapin, le chef d'Etat a fixé un "objectif" à ses ministres : maintenir les activités du groupe à Belfort. 

Confrontée à une pénurie de commandes, l'entreprise Alstom a annoncé la délocalisation de sa production de locomotives de Belfort à Reichshoffen (Bas-Rhin) d'ici 2018, et assuré qu’elle proposerait aux 400 salariés concernés "une proposition de transfert, s'ils le souhaitent" vers ses autres usines en France. Un dossier embarrassant pour François Hollande à quelques mois de l'élection présidentielle, puisque l'Etat possède 20% des actions du groupe.

En vidéo

"Notre objectif : qu'à Belfort, les activités ferroviaires d'Alstom soient maintenues" annonce Sapin

Une semaine décisive

"C'est à cet objectif-là que nous allons travailler avec les élus, les organisations syndicales, la direction d'Alstom et l'ensemble de ceux qui, en capacité de passer un certain nombre de commandes en France, peuvent permettre d'assurer le plan de charge qui permettra de sauver les activités ferroviaires d'Alstom à Belfort", a-t-il poursuivi. 

Selon le ministre des Finances, ce "début de semaine sera décisif en termes de rencontres, de concertations, de décisions pour l'avenir du site de Belfort d'Alstom". Condamnant de nouveau la façon "inacceptable" avec laquelle la direction du groupe a annoncé le transfert de sa chaîne de production, Michel Sapin a indiqué que le gouvernement voulait "redonner de l'espoir aux salariés" et "du travail pour ceux qui aujourd'hui sont inquiets pour leur avenir".

Comme une réponse à Montebourg

Cette décision intervient comme une réponse à l'appel d'Arnaud Montebourg, qui demandait au gouvernement ce lundi sur France Inter, de "revenir sur ses décisions". "Quarante-quatre locomotives à fabriquer, c'est presque 2 ans de travail", a-t-il plaidé. "Je demande que le gouvernement revienne sur ces décisions, et que le site de Belfort soit maintenu en l'état". 

Piquant, le candidat à la présidentielle a estimé que la responsabilité du dossier concernait le ministre de l’Economie, anciennement Emmanuel Macron, et que rien n’avait été fait.

VIDÉO. Alstom à Belfort : la direction de l’usine et le gouvernement s’opposent sur la fermeture

En vidéo

Alstom à Belfort : la direction de l’usine et le gouvernement s’opposent sur la fermeture

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - Un rappel vaccinal pour le Covid-19 tous les ans ? "Personne ne sait" mais "c'est plausible", selon Alain Fischer

    Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

    VIDÉO - "Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

    Covid-19 : pourquoi l'OMS a-t-elle nommé le nouveau variant "Omicron" ?

    EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Éric Zemmour reconnaît un geste "fort inélégant" au lendemain de son doigt d'honneur

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.