Alur : la loi de Cécile Duflot sur le logement vidée de son sens ?

SOCIÉTÉ
DirectLCI
LOGEMENT - Trouver un appartement en location, faire les petites annonces, être pris par l'agence immobilière : un chemin de croix. La loi Alur (dite "loi Duflot") devrait largement faciliter la tâche du locataire... ou pas.

L'adoption de la loi Duflot sur le logement avait déjà connu ses déboires mais avait fini par être adoptée. Las, pour être appliquée, elle nécessite encore des décrets d'application... qui pourraient être largement abandonnés ou modifiés, selon Europe 1 , alors que la nouvelle ministre du Logement, Sylvia Pinel, doit faire des annonces dans un prochain Conseil des ministres. 

Q'est-ce que la loi Duflot sur le logement ? La loi, baptisée Alur pour "accès au logement et un urbanisme rénové", vise à répondre à l'urgence du mal-logement. Créer 500.000 logements par an , faciliter l'accès à la location, maîtriser l'envolée des prix... autant d'intentions répondant aux promesses de François Hollande dans le domaine. 

La loi Duflot (Alur) : ce qui était prévu

- Encadrer les loyers (pas plus de 20% du loyer médian)
- Garantie universelle des loyers (Gul) : l'Etat se porte garant pour votre bail de location
- Diviser par deux les frais d'agence (12 euros maximum par mètre carré, selon les villes)

EN SAVOIR + >> Les mesures de la loi Alur

La loi Duflot (Alur) : ce qui pourrait tomber à l'eau

- L'encadrement des loyers ne concernerait plus que Paris. En outre, après que le Conseil constitutionnel a retoqué l'exception pour les biens "exceptionnels", tous les propriétaires pourraient déclarer leur bien exceptionnel... et échapper à cette disposition cruciale. 
- Le gouvernement abandonnerait purement et simplement la garantie universelle des loyers : vous devrez toujours vous débrouiller pour trouver un garant. 
- Ambition à la baisse, également sur la limitation des frais d'agence. De 12 euros le mètre carré à Paris, 10 euros dans les autres grandes villes et 8 euros dans le reste de la France, ce cadre devrait finalement être fixé à 16 euros, 14 euros et 11 euros.

Nouvelle reculade ?

Une nouvelle reculade du gouvernement, après la loi famille (PMA, GPA) et la réforme des rythmes scolaires ? L'avenir proche le dira. Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a assuré que la loi ne serait pas remise en cause, sans répondre précisément sur les décrets concernés. 

Sur Twitter, Cécile Duflot semble confiante . Rappelons qu'elle avait confié avec émotion son projet à celle qui lui a succédé au Logement : "Je te laisse un bien précieux, une réforme solide qui ne demande qu'à éclore". 

Sur le même sujet

Lire et commenter