"Les études qui montrent que les jeunes participent à la dynamique de l’épidémie, je les attends toujours"

"Les études qui montrent que les jeunes participent à la dynamique de l’épidémie, je les attends toujours"

OPPOSITION - Invité ce mercredi soir sur LCI, le pédiatre infectiologue à l'hôpital intercommunal de Créteil, Robert Cohen, a réagi a la fermeture des écoles annoncée par Emmanuel Macron. Selon lui, cette décision n'est pas basée sur une problématique sanitaire, mais est davantage politique.

"Nous ne fermerons les écoles qu'en dernier recours", répétait encore le ministre de la Santé, Olivier Véran, la semaine dernière. Cette fois, pourtant, c'est chose faite. Lors de son allocution télévisée ce mercredi soir, Emmanuel Macron a annoncé la fermeture des crèches, écoles, collèges et lycées dès vendredi soir. Invité sur le plateau de LCI, le pédiatre et infectiologue à l’hôpital de Créteil Robert Cohen, qui milite de longue date pour le maintien des établissements scolaires, estime qu'il s'agit là d'une décision davantage motivée par la politique que par l'aspect sanitaire.

"Depuis une semaine, ceux qui défendent l'ouverture des écoles ont subi toutes les attaques possibles et imaginables et je ne vois pas comment (Emmanuel Macron) pouvait faire moins", estime-t-il. "On n’a pas de doute sur le fait que les lycées jouent un rôle dans la transmission, mais les études qui démontrent que les jeunes participent à la dynamique de l’épidémie, je les attends toujours", lance-t-il.

Toute l'info sur

La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement

Lire aussi

Sept à huit fois sur dix, la famille a été le lieu de contamination- Le pédiatre Robert Cohen à France Inter

Le pédiatre a d'ailleurs supervisé une étude, publiée ce mercredi matin, dont les résultats préliminaires montrent que l'école jouerait un rôle mineur dans la transmission du virus. Les travaux des pédiatres ont porté sur 4000 enfants, âgés de 12 ans et moins, depuis le mois de juin. L'étude s'est intéressée à eux à trois moments donnés : au mois de juin dernier lorsque les variants du Covid-19 ne circulaient pas encore en France, puis lorsqu'ils progressaient enfin depuis qu'ils sont dominants. "Sept à huit fois sur dix, la famille a été le lieu de contamination", indique sur France Inter le docteur. "Si l'on distingue le contaminateur, ce sont plus souvent des adultes que des enfants." 

Dans son dernier avis, publié ce lundi, la Société française de pédiatrie va dans le même sens. "À un moment où la circulation du virus s’accentue dans la population générale, l’augmentation observée également chez les enfants n’en est que le reflet et non la cause", écrit-elle. "En proportion, les enfants restent moins infectés que les adultes, même avec les variants."  Selon ses conslusions, la fermeture des écoles ne peut avoir que des effets délétères telles que l'augmentation des violences intrafamiliales, des inégalités sociales et l'aggravation de la détresse mentale des enfants

Écoutez "Les partis pris" de l'émission 24H Pujadas

Découvrez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée ! 

Sur APPLE PODCAST 

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY

Chaque jour, 24H Pujadas analyse l’actualité et le monde qui nous entoure. "Les Partis Pris" s’articule autour de plusieurs éditorialistes pour donner chacun dans leurs domaines de prédilections, leurs points de vue sur des sujets du moment.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

EN DIRECT - Covid-19 : moins de 20.000 cas en 24h, la décrue se poursuit à l'hôpital

VIDÉO - Vincent de Koh-Lanta : "J’ai déposé l’expression 'I don’t want this' !"

Laëtitia éliminée de Koh-Lanta : "Le plus surprenant, c'est que ça vienne de Lucie"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.