Annulation de la subvention de la ville de Nantes au centre LGBT : une décision "invraisemblable" pour SOS Homophobie

SOCIÉTÉ

INTERVIEW - Le tribunal administratif de Nantes a annulé mercredi la subvention de 22.000 euros accordée par la mairie au centre LGBT de la Ville. La justice évoque "des prises de positions publiques (...) notamment en faveur de la GPA" pour justifier sa décision. Une décision "invraisemblable", juge Joël Deumier, président de SOS Homophobie, joint par LCI.

LCI.fr : Quelle est votre réaction à la décision du Tribunal administratif de Nantes ?

Joël Deumier : C'est invraisemblable mais il s'agit d'une décision de justice, nous la respectons. Nous apportons tout notre soutien au Centre LGBT de Nantes. Comme tous les centre LGBT de France, celui-ci accueille au quotidien les personnes lesbiennes, gay, bi trans, les informe et les aide. Leur travail et leurs missions sont essentiels. Nous espérons que la Cour administrative d'appel, qui a été saisie par la Ville de Nantes, annulera ce jugement. Sur le jugement en lui-même, le Tribunal semble estimer que le respect des personnes LGBT et la reconnaissance de toutes les familles relève du "motif politique". C'est oublier que la République reconnaît l’existence des familles homoparentales. Le respect plein et entier des enfants, indépendamment de leur mode de conception, est reconnu tant par la jurisprudence de la Cour de cassation que de la Cour européenne des droits de l’Homme. Loin de constituer des motifs politiques, les prises de positions du Centre LGBT de Nantes relèvent du nécessaire respect des personnes LGBT et de la diversité des familles.

Lire aussi

LCI.fr : Quelles conséquences aura-t-elle sur le travail des autres associations de lutte contre les discriminations LGBT ?

Joël Deumier : Nous savons que des organisations réactionnaires se battent pour retirer aux personnes LGBT des droits et des libertés, comme le droit de se marier ou la possibilité de fonder une famille dignement. Cette minorité bruyante existe et s'exprime. Nous sommes déterminés à continuer de construire une société plus ouverte et plus inclusive, à nous battre pour l'égalité des droits. Nous poursuivrons d'ailleurs nos actions pour que le législateur vote l'ouverture de la PMA ou reconnaisse pleinement toutes les familles. D'ailleurs, plus de 60% des Françaises et des Français y sont favorables.

LCI.fr : Une initiative similaire a été engagée auprès du tribunal administratif de Toulon. Est-ce le début d'une "chasse" aux associations LGBT ?

Joël Deumier : Nous avons l'habitude, à chaque fois que nous faisons un pas pour l'égalité des droits, de recevoir des attaques de la part d'organisations réactionnaires. Les pouvoirs publics sont des alliés du mouvement LGBT et le soutien y compris financier des associations qui le composent est essentiel. Nous espérons que cette affaire devant le TA de Nantes n'est qu'un cas isolé et que la Cour administrative d'appel donnera raison à la ville de Nantes et au centre LGBT de Nantes

Lire et commenter