#Anti2010 : Jean-Michel Blanquer promet "un cran nouveau" dans la lutte contre le cyberharcèlement

Ces derniers jours dans les cours de récréation, les élèves de 6ème sont parfois stigmatisés pour la simple raison qu'ils sont nés en 2010. Une campagne de dénigrement a été lancée sur les réseaux sociaux, de quoi pousser le ministère à réagir.

ÉDUCATION - Face au harcèlement subi par les élèves nés en 2010, le ministre de l'Éducation nationale "lance un appel à toute la société française" et appelle au "sursaut". Jean-Michel Blanquer a également indiqué "parler avec les plateformes" pour renforcer leur rôle dans cette lutte.

Le ministre de l'Éducation nationale a promis ce lundi 20 septembre qu'"un cran nouveau" allait être franchi dans la lutte contre le cyberharcèlement via, notamment, une coopération renforcée avec les plateformes, après des menaces et insultes visant sur les réseaux sociaux des élèves nés en 2010. "Nous allons franchir un cran nouveau dans la sensibilisation", a assuré Jean-Michel Blanquer lors d'une visite dans un collège à Grandvilliers dans l'Oise, disant "lancer un appel à toute la société française" et souhaiter "un sursaut pour la fraternité pour éviter qu'un adolescent, un enfant, se sente seul, isolé, mal à cause de cela".

La semaine dernière, la principale fédération de parents d'élèves, la FCPE, avait demandé au gouvernement d'"agir en urgence" car les élèves de sixième nés en 2010 étaient "devenus la cible de campagnes d'insultes, de harcèlement et de cyberharcèlement", notamment à travers le hashtag #Anti2010. La plateforme TikTok France avait ensuite assuré avoir retiré "tous les hashtags" visant à harceler ces élèves.

Un sujet pris "à bras le corps depuis le début du quinquennat"

"Ce qui vient de se passer avec les tentatives de harcèlement des élèves de 6e doit tous nous alerter pour faire un rebond dans l'autre sens, que ce soit avec ce mot-dièse #BienvenueAux2010 [lancé la semaine dernière], mais, au-delà de cette initiative, en allant beaucoup plus loin, par une relation renforcée avec les plateformes", a souligné le ministre de l'Éducation. "Nous parlons avec les plateformes pour qu'elles soient de plus en plus civiques et qu'elles jouent pleinement leur rôle dans la lutte contre le harcèlement", a-t-il poursuivi.

Lire aussi

Assurant que le gouvernement avait pris ce sujet "à bras le corps depuis le début du quinquennat", il a aussi évoqué le programme "Phare", expérimenté depuis deux ans dans six académies, et généralisé en cette rentrée. "On demande à certains collégiens d'être ambassadeurs contre le harcèlement" et des personnels sont également formés sur ces sujets, a détaillé le ministre. Les parents doivent, eux aussi, être associés à cette démarche à travers des ateliers.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Présidentielle 2022 : Eric Zemmour remet en cause les limitations de vitesse et veut supprimer le permis à points

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Zemmour multiplie les attaques contre Le Pen, qui réplique

Présidentielle 2022 : sur LCI, Marine Le Pen dénonce la "division" et les "propos outranciers" d'Éric Zemmour

Éric Zemmour : immigration, retraite, natalité... ses arguments passés au crible

REVIVEZ - OM-PSG : malgré deux buts refusés et un carton rouge, Marseille et Paris se quittent dos à dos dans ce "Classique"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.