87.000 étudiants toujours sans affectation : "Nous payons le passage à l'autonomie des universités"

DirectLCI
INTERVIEW - Alors que des dizaines de milliers de bacheliers sont toujours dans l'incertitude concernant leur avenir, où est la responsabilité de ces tensions observées dans tant de filières ? Entretien avec Christine Gangloff-Ziegler, membre de la Conférences des président-e-s d'université.

Depuis ce vendredi, ce sont près de 87.000 aspirants étudiants qui se voient placés dans une attente angoissante.  En effet, leurs voeux admission post-bac, non acceptés, ils se retrouvent à devoir attendre la procédure complémentaire pour trouver où étudier à partir de septembre ou octobre prochain. Avec le risque d'être géographiquement éloigné de chez eux ou d'être dans une filière bien éloignée de ce qu'ils espéraient. Une situation relativement inédite, partiellement dûe au mini-baby-boom des années 1999 et 2000 (+ 30.000 naissances entre les deux années), et qui n'a, semble-t-il, pas été anticipée. Pour en savoir plus, LCI a interrogé Christine Gangloff-Ziegler, maîtresse de conférences en sciences de l'éducation et présidente de l'université de Haute-Alsace.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter