APL : pas de revalorisation en 2018, un nouveau manque à gagner pour les bénéficiaires

DirectLCI
POUVOIR D'ACHAT - Un alinéa du projet de loi finances prévoit que les APL, en 2018, ne seront pas indexées sur l'indice de révision des loyers. En clair, il pourrait s'agir d'un nouveau manque à gagner pour les foyers modestes. Le ministre de la Cohésion des territoires, souligne auprès de LCI qu'il ne s'agit pas d'une "baisse" mais d'une "non-augmentation" de cette aide personnalisée au logement.

La mesure tient en un minuscule alinéa ; pourtant, elle risque d'avoir des conséquences non négligeables sur le pouvoir d'achat de nombreux Français. Après le coup de rabot de 5 euros sur les APL opéré par le gouvernement, le montant de l'Aide personnalisée au logement pourrait bien encore perdre quelques euros en 2018. 


C'est en tout cas ce qu'a découvert Manuel Domergue, directeur des études de la fondation Abbé Pierre. Le 14 juin dernier sur Twitter, il entreprend d'expliquer cette dérogation jusque là passée inaperçue. En clair, chaque année, les APL sont indexées sur ce qu'on appelle l'indice de révision des loyers (l'IRL), un indice de référence publié par l'INSEE qui sert de base au nouveau calcul des loyers. Chaque année... sauf en 2018. En effet, Manuel Domergue indique que "le budget 2018 prévoit qu'au 1er octobre les APL ne seront plus indexées sur l'indice de révision des loyers". 

Un simple alinéa

Dit-il vrai ? Le détail de cette mesure n'est pas facile à trouver, mais nos confrères de BFMTV ont mis la main sur ce fameux alinéa au sein du projet de loi de finances. On peut en effet y lire : " L'indexation au 1er octobre des paramètres du barème de l'aide personnalisée au logement, de l'allocation de logement familiale et de l'allocation de logement sociale, prévue respectivement au troisième alinéa du 3° de l'article L.351-3 du code de construction et de l'habitation, au deuxième alinéa de l'article L-542-5 et au troisième alinéa de l'article L.831-4 du code de la sécurité sociale, n'est pas appliquée en 2018."

Il s'agit d'une "non-augmentation"

Le tout peut sembler technique, mais les conséquences pourraient en être très concrètes. Car en effet, l'indice de révision de loyer augmente en 2018, selon l'Insee, de 1,8%. Manuel Domergue détaille ainsi que si le montant d'une APL est de 231 euros par mois en moyenne, le manque à gagner pourrait se chiffrer aux alentours de 4,20 euros par mois. Une somme qui n'a rien d'anecdotique pour les foyers modestes. Or, si les APL avaient été revalorisées comme toutes les autres années, elles auraient dû, au contraire, augmenter. 

En milieu de matinée, Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, a réagi au micro de LCI. Et tient à rappeler "qu’il ne s’agit pas d’une baisse mais d’une non-augmentation. Donc il ne faut pas mélanger les genres. Et les mesures qui ont été votées s’accompagnent d’un gel des loyers dans le secteur du logement public social".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter