Après le marché de Noël, Anne Hidalgo s'attaque à la grande roue de la place la Concorde de Marcel Campion

DirectLCI
PARIS - Après s'être attaquée au marché de Noël, Anne Hidalgo la maire de Paris, va déposer au Conseil de Paris du 20 novembre prochain une proposition pour supprimer la grande roue installée place de la Concorde. Ce qui ne va pas réchauffer ses relations avec Marcel Campion, le "roi des forains", qui gère l'installation.

Le "roi" semble tombé en disgrâce. Va-t-il se faire bouter hors de Paris ?  Après le marché de Noël sur les Champs-Elysée, voici en tout cas qu’Anne Hidalgo s’attaque à la grande roue de la place de la Concorde. Petit à petit, Marcel Campion, "le roi des forains", devient donc persona non grata dans la capitale.


RTL annonce en effet ce jeudi matin que la maire de Paris va déposer une proposition pour supprimer la grande roue lors du Conseil de Paris du 20 novembre. D’après la radio, Anne Hidalgo," trouve qu’elle fait tache dans le paysage parisien, entre l’Arc de triomphe et le Louvre". En milieu de matinée, la mairie a confirmé à l'AFP qu'elle envisageait bien de "chasser" le manège "d'ici l'été 2018". "Il y a un an, les conseillers de Paris ont adopté un voeu pour que l'installation de la Grande Roue sur la place de la Concorde soit remise en débat à l'automne 2017. Nous y sommes. L'exécutif municipal tiendra parole en organisant ce débat lors du Conseil de Paris du 20 novembre", a expliqué la Ville de Paris. Le voeu, s'il est voté, permettrait à Marcel Campion d’exploiter son manège jusqu'à mai prochain, date de la fin de la convention actuelle qui le lie à la municipalité. Une telle mesure serait, insiste RTL, une "révolution", car "le roi des forains" gère cette grande roue depuis 1993. 

Après avoir longtemps déroulé le tapis rouge à Marcel Campion, la mairie de  Paris souhaiterait-elle désormais faire le ménage ? Car cette mesure n’est pas faite pour apaiser les forains, très en colère depuis le début de la semaine, contre la suppression de leur marché de Noël sur les Champs-Élysées. Après deux jours de blocage, ils ont suspendu mardi leurs opérations escargot autour de la capitale mais Marcel Campion a maintenu la pression sur la mairie par un recours en justice : il a déposé un référé-suspension contre la décision de la mairie de Paris et donné rendez-vous au 14 novembre, date de l'audience, pour décider ou non de nouvelles actions, en fonction de la décision judiciaire. Pour la Ville de Paris, il n'y a "aucun lien" entre les deux sujets, et il ne s'agit "pas du tout" d'une attaque contre les forains,  la suppression de la Grande Roue ayant déjà été débattue "bien avant" l'affaire du marché. "Il s'agit de restaurer la perspective visuelle historique qui relie l'Arc de Triomphe au Louvre, tout en facilitant la circulation des piétons dans ce secteur très touristique", explique la Ville.


Mais le timing, la méthode de la mairie de Paris, peuvent interroger. D’autant plus que si Anne Hidalgo, d’après RTL, "ne supporte plus les méthodes de Marcel Campion", les relations entre les deux personnages ont longtemps été au beau fixe. L’homme a même fait partie de son comité de soutien lors des municipales. Et Anne Hidalgo a longtemps été un très grand fan du marché de Noël. Une vidéo d’archives, mises en ligne par Gandillac Çiva, un réalisateur indépendant proche des forains, montre ainsi  que longtemps, Anne Hidalgo a en effet adoré ce marché.

La fin de la belle histoire

La vidéo montre Anne Hidalgo, en 2013, pas encore maire, louer "le roi des forains". Puis, élue, revenir sur le marché de Noël, visiblement "heureuse d’être là". Année après année, elle ne cesse de louer  "ce bel événement populaire (...) qui s'améliore, avec des artisans qui viennent, qui fabriquent sur place", apparemment satisfaite de "cette joie, cette gaieté, celle qu'on trouve avec la fête foraine et avec le marché de Noël", "on a vraiment l’impression d’être sur une autre planète, la planète de l’enfance".  Anne Hidalgo "appréciait la belle histoire de Marcel Campion, la façon dont il a réussi dans ce qu’il a entrepris, sa générosité. Il pense toujours à redonner à d’autres un peu de sa réussite", disait la maire, face aux caméras. 


Si ces belles relations ont pris un (gros) coup dans l’aile, c’est, avance RTL, parce que la maire ne "supporte plus les méthodes" de Marcel Campion. C'est peut-être aussi parce que Paris souhaite assainir sa situation et redorer son blason. Dans un pré-rapport incendiaire rendu par la Cour des comptes en juillet, révélé par Le Point, les magistrats pointent les relations entre Marcel Campion et Anne Hidalgo et épinglent une "gestion émaillée de nombreuses irrégularités, [qui] paraît échapper aux lois de la concurrence tout en ne fournissant que des revenus modestes au budget de Paris, malgré des efforts récents". Ce pré-rapport a été envoyé à la maire de Paris pour que la Ville fasse part de ses réponses avant la publication d'un rapport définitif dans quelques mois.


Pour ne rien arranger, la question de la grande roue, cet "imposant manège" qu’Anne Hidalgo "n’aimerait pas", selon RTL, est également dans le collimateur de la justice. Une instruction est en cours, notamment sur la convention octroyée en 2015 à Marcel Campion pour installer l'engin sur la place de la Concorde. Mis en examen en mai dernier pour recel de favoritisme et abus de biens sociaux, le chef de file des forains a demandé début octobre l'audition d'Anne Hidalgo.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter